Le ministère égyptien des Antiquités a déclaré qu’un groupe d’archéologues et de physiciens italiens comptait découvrir le tombeau de Néfertiti. Les spécialistes de l’Université de Turin espèrent réaliser «la découverte du siècle».

Un groupe d’archéologues et de physiciens de l’université de Turin, en Italie, a commencé à examiner les murs du tombeau de Toutankhamon. Selon eux, ces murs pourraient cacher des chambres secrètes contenant les restes de la légendaire Néfertiti et d’autres pharaons, annonce le ministère égyptien des Antiquités.

« Les tentatives précédentes de trouver la chambre ont donné des résultats contradictions et incomplets. Nous résoudrons cette question difficile et importante que nos mesures soient positives ou négatives. Nous deviendrons soit les coauteurs de la découverte du siècle, soit les précurseurs du désenchantement du centenaire », a déclaré Franco Porcelli, représentant de l’université de Turin.

Le buste peint de Néfertiti exposé au Neues Museum

Selon lui, ces derniers temps le projet italien fait face à des difficultés classiques — le gouvernement égyptien n’a pas encore autorisé les recherches que les archéologues italiens veulent effectuer à l’aide d’un radar à l’intérieur et hors des tombeaux.

Les spécialistes italiens ont aussi souligné qu’ils travailleraient via une méthode « sans contact », qui n’endommagera ni les murs des tombeaux, ni les artefacts. Les radars de nouvelle génération permettront de faire des recherches à une profondeur de 10 mètres sous les rochers et le sol. Ils pourraient découvrir des choses que les radars n’ont pas été capables de remarquer en 1980 et 1990.

Finalement, ils ont précisé que l’équipe créerait une carte en trois dimensions de la Vallée de Rois, que les archéologues pourraient utiliser afin de trouver des pièces et des tombes secrètes.

En mai 2016, les autorités égyptiennes ont déjà donné le feu vert à deux groupes indépendants d’archéologues afin de scanner le tombeau en utilisant des technologies satellitaires. Pour pénétrer le mystère des pièces secrètes, il était nécessaire d’abattre le mur derrière lequel est censée reposer Néfertiti. Cependant, les autorités ont refusé, car ce type d’opération pourrait conduire à la destruction de ce patrimoine mondial.

Bien qu’une analyse minutieuse à l’aide de radars modernes ait été déjà menée, les chercheurs ne sont pas parvenus à découvrir de pièces secrètes dans le tombeau du pharaon.

« Nous estimons, que les données de nos prédécesseurs japonais et américains ont été interprétées de façon assez créative. Il faut mener les recherches sur une base scientifique très solide. Nous utiliserons des radars «souterrains» capables de couvrir tous le spectre des fréquences. On recueillera les données pendant une semaine et nous aurons ensuite besoin de deux mois supplémentaires pour les examiner. Tout est déjà prêt et pour commencer le dernier chapitre de l’histoire du tombeau de Néfertiti, nous n’attendons plus que l’autorisation du service de sécurité de l’Egypte », a conclu Franco Porcelli.

Le tombeau de Toutankhamon a été découvert le 4 novembre 1922 dans la Vallée des rois sur la rive ouest du Nil, face à Louxor, par Howard Carter, égyptologue anglais qui avait été chargé d’effectuer ces fouilles par Lord Carnarvon. La reine Néfertiti, considérée comme la mère adoptive de Toutankhamon et épouse du pharaon Akhenaton, était l’une des femmes les plus belles et les plus influentes de son époque. Les scientifiques n’ont pas encore réussi à trouver le lieu d’inhumation de la reine, dont le nom signifie « la belle est venue ».

Source : Sputnik 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here