La tombe d’un viking de haut rang découverte en Ecosse

0

Il y a environ 1000 ans, les Vikings creusèrent une tombe pour « un guerrier de haut rang » et ils l’enterrèrent dans un bateau plein d’offrandes funéraires, parmi lesquelles une grosse épée et une hache.

Le guerrier Viking a été enterré à Swordle Bay, en Écosse, loin de son pays d’origine en Scandinavie. Les mêmes objets trouvés dans sa tombe venaient de différents pays : La Scandinavie, l’Écosse et l’Irlande.

Une nouvelle étude sur cette découverte rare a pu donner une idée de comment vivaient les habitants de l’Écosse occidentale au Xe siècle.

« Les découvertes suggèrent une liaison entre la Scandinavie et l’Irlande, en plus de donner des renseignements sur l’alimentation du défunt et sur les liaisons avec Swordle Bay », déclare Oliver Harris, le directeur de l’étude, professeur à l’Université de Leicester.

Les archéologues avaient découvert la tombe en 2011, sur la péninsule lointaine d’Ardnamurchan. Ils furent très étonnés de trouver encore enterrées des armes de guerre, incluant une hache, une épée, une lance et un bouclier. Les archéologues trouvèrent aussi 213 rivets en métal d’un bateau, qui eux ont survécu alors que le bois du bateau se décomposait au cours des ans.
D’autres biens funéraires récupérés appartenaient à la vie quotidienne, à la cuisine, au travail, à l’agriculture et à la production de nourriture. De plus la tombe est située près d’un cairn funéraire néolithique, dont les pierres pourraient avoir été incorporées dans la sépulture viking.
« Ardnamurchan représente la première fouille d’un bateau funéraire Viking intacte au Royaume-Uni, et il augmente significativement notre connaissance sur les pratiques funéraires de cette période », a déclaré Harris.
Hache, umbo, marteau et pince, et une épingle. crédit : Ardnamurchan Transitions Project
L’équipe d’archéologues a aussi trouvé : un umbo (la partie bombée qui protégeait la main du guerrier), un outil pour aiguiser les lames fait avec une roche norvégienne, une épingle probablement utilisée pour attacher un manteau funéraire ou un suaire, et d’autres restes minéralisés de tissus et de bois.

« Quand on examine une sépulture de ce genre, il est essentiel de rappeler que tous les objets et toutes les actions n’étaient jamais isolées [du contexte]. Ils émergent d’un cadre fait de lieux, de personnes et de moments, qu’eux-mêmes aident à former », expliquent les chercheurs.

L’analyse des isotopes des dents a révélé que l’homme aurait grandi en Scandinavie.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here