Le Trou Bleu du Dragon en mer de Chine, déclaré le plus profond au monde !

0
78

Les trous bleus se sont formés durant la précédente glaciation, lorsque le niveau de la mer était une centaine de mètres plus bas qu’aujourd’hui. Ces formations étaient soumises à l’altération chimique du calcaire (principalement à cause de l’eau de pluie, rendue acide par la végétation). Celle-ci s’est ensuite infiltrée dans le sol, en érodant et en dissolvant les sous-sols et en y creusant de vastes cavités souterraines. Ce n’est que par la suite que le plafond de ces cavités s’effondra, créant ces fameux gouffres.

Alors, jusqu’où peut-on aller ? Les trous bleus sont des grands gouffres marins généralement circulaires, possédant des parois abruptes et sont « ouverts » près de la surface de l’eau. Le plus profond d’entre eux est le Trou Bleu du Dragon avec 300.89 mètres de profondeur ! Il se situe dans l’archipel des îles Paracels, en mer de Chine et fait plus de 130 mètres de largeur.  Il pourrait donc contenir trois fois la statue de la liberté (avec son socle). À savoir que le second plus grand trou au monde, le Trou bleu de Dean (Bahamas) possède une profondeur de « seulement » 202 mètres.

Le gouvernement local promet de conserver le trou bleu pour les générations futures. « Nous nous efforcerons de protéger le patrimoine naturel laissé par la Terre », annonce Xu Zhifei, vice-maire de Sansha City. Le trou bleu du Dragon est plus précisément situé dans un récif de corail majeur nommé Yongle dans les îles Xisha et les résidents locaux l’ont longtemps appelé « l’œil » de la mer de Chine du Sud.

Bien que l’on sache comment se forment ces trous, il n’est cependant pas totalement clair pourquoi les trous bleus se forment précisément là où ils le font. Leurs équivalents terrestres sont les cétones, qui contiennent de l’eau douce souterraine, par opposition à l’eau de mer saumâtre. Dans les deux cas, des réseaux complexes de tunnels horizontaux peuvent s’étendre hors de l’axe vertical primaire, formant de vastes labyrinthes sous-terrains.

Bien que le site regorgerait de vie dans les premiers 100 mètres (selon les scientifiques qui ont entrepris de l’explorer depuis août 2015 à l’aide d’un robot), ils y ont également découvert une vingtaine d’espèces de poissons ansi que différents organismes marins. Mais jusqu’à présent et au-delà de cette profondeur, aucun être extrêmophile n’a été trouvé. Un organisme extrêmophile peut vivre lorsque ses conditions de vie normales sont mortelles pour la plupart des autres organismes : par exemple, des températures proches ou supérieures à 100 °C, ou inférieures à 0 °C, des pressions exceptionnelles, des milieux très chargés en sel ou encore très acides ou hyper-alcalins, radioactifs ou anoxiques (sans dioxygène), etc.

Base jump sous-marin

Pour terminer, nous vous proposons de découvrir aujourd’hui, l’homme qui a été inspiré par les Trous bleus… Guillaume Nery, recordman du monde d’apnée, est littéralement allé faire du base jump sous l’eau, au-dessus du Trou Bleu de Dean dans les Bahamas (rappelez-vous, le second plus profond au monde), possédant 202 mètres de profondeur. 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here