Canada : découverte d’un visage mystérieux géant dans une roche

0
370

Ce visage est-il d’origine naturelle ou a t-il été sculpté par les Indiens du Canada ? Un visage dans la roche a été découvert en juin 2015 dans une région éloignée du Canada, par Hank Gus, un membre de la communauté aborigène de Tseshaht Première Nation. L’agence gouvernementale Parks Canada tente actuellement de déterminer l’origine de ce visage de deux mètres de haut.

Hank Gus était depuis deux ans à sa recherche. En 2008, des athlètes en kayak l’avaient signalé au gouvernement local, mais sans préciser l’emplacement exact. Parks Canada s’est mis en rapport avec la direction de Tseshaht, un regroupement d’anciennes tribus indiennes du Canada, pour obtenir des informations à ce sujet. C’est à ce moment que Gus a commencé à chercher le visage dans la roche. Ensuite, un débat sur Internet a éclaté pour savoir si le visage était d’origine naturelle ou avait été créé par des mains humaines.

Le visage est situé à un endroit difficile d’accès. Selon l’estimation de Gus, la face se situerait environ à 12 mètres de haut, à partir de la base de la roche. La côte escarpée et les eaux sauvages rendent difficile une enquête plus approfondie car tout accostage est quasiment impossible, rapporte à l’époque CTV Nouvelles. La roche avec le visage se trouve sur l’île de Reeks, appartenant aux îles Broken Group en Colombie britannique.

Mathew Payne, de Parks Canada, a déclaré à ABC Nouvelles : « Les premiers peuples Tseshaht ont vécu pendant des milliers d’années dans cette région, alors nous travaillons avec eux pour retrouver les traditions orales relatives au visage. »

Discovery News tient à souligner : « Il y a des raisons psychologiques pour lesquelles les gens voient des visages là où il n’existent pas réellement : ce phénomène, appelé Pareidolie, permet de voir des visages dans les nuages, dans les taches de café et dans les rochers. Le cerveau humain est très entrainé à reconnaître les visages humains.

En effet, c’est ce qu’un bébé reconnaît en premier. D’ailleurs, certaines parties du cerveau sont spécialisées pour discerner des visages et les reconnaître ensuite. » Alors, faut-il penser que ce visage est une formation rocheuse naturelle qui a été interprétée par ce phénomène de pareidolie, ou le travail d’un Indien, immortalisé depuis longtemps ?

Gus a dit à la CTV que ce visage lui rappelait une sculpture sur la porte du bureau de gestion de Tseshat : un symbole du vent, appelé « Ugi ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here