En 1969 des ingénieurs ont asséché les chutes du Niagara pour éviter qu’elles ne s’effondrent

0
164

À la fin des années 1960, l’une des trois chutes du Niagara a été asséchée pour sonder et renforcer la roche afin d’empêcher les éboulements. Tout s’est passé comme prévu, et étonnamment peu de cadavres ont été retrouvés au fond.

En 1969, pendant plusieurs mois, un barrage est venu assécher les chutes américaines, l’une des trois chutes du Niagara, qui sépare les États-Unis du Canada.

Les chutes américaines sont reconnaissables à l’immense tas de rochers situé à leur base, résultat d’une série d’éboulements d’origine naturelle au fil des années. À la fin des années 1960, on s’inquiète alors que de futurs éboulements ne fassent s’effondrer l’intégralité de ces chutes monumentales qui attirent les touristes.

Pour étudier la composition géologique des chutes et empêcher leur effondrement, une commission américano-canadienne décide de bloquer l’arrivée d’eau des chutes américaines pendant 5 mois.

En juin 1969, plus de 1 200 camions viennent déverser quelque 28 000 tonnes de gravats pour former un barrage en amont des chutes, ce qui détourne la rivière du lit des chutes américaines vers celui, beaucoup plus large, des chutes du Fer à Cheval.

Une fois les chutes asséchées, pour la première fois depuis des millénaires, les ingénieurs de l’armée américaine se mettent au travail.

Un barrage de rochers temporaire détourne la rivière Niagara des chutes américaines.

Deux corps sans vie sont découverts dans le lit de la rivière – un chiffre étonnamment bas vu l’historique chargé du lieu en matière d’accidents et de suicides.

Tandis que les ingénieurs forent dans le lit de la rivière pour cartographier et sonder les tensions, faiblesses et pressions de la roche, des touristes surexcités se baladent sur la plaine asséchée, ramassant les pièces de monnaie lancées depuis des décennies par d’autres touristes surexcités.

Divers instruments sont plantés dans le sol pour mesurer les mouvements de la roche. Des boulons et des câbles en acier sont installés pour stabiliser la roche autour de Luna Island et des chutes du voile de la mariée. Et des trous de drainage sont creusés pour soulager la pression hydrostatique en différents endroits.

Le tas de rochers situé en bas des chutes américaines est laissé en l’état. Les ingénieurs ont calculé qu’il est possible de l’enlever, mais cela nécessiterait beaucoup d’efforts dans un but purement esthétique et pas essentiel.

En novembre 1969, après tous ces travaux et recherches, le barrage est progressivement retiré, et les chutes américaines recommencent à gronder.

Les chutes du Niagara pourraient bien être un jour à nouveau asséchées, et plus tôt qu’on ne le pense : deux ponts passant au-dessus des torrents doivent être remplacés, une opération qui exigerait encore une fois l’assèchement de la zone.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here