L’idole de bois la plus ancienne du monde

0
186

Extraite d’une tourbière de Russie au 19e siècle, elle a été datée à plus de 11 000 ans par une équipe de scientifiques allemands…

L’idole avait été datée au charbon à 9 500 ans en 1997, mais une nouvelle équipe a ré-analysé l’objet en utilisant la spectrométrie de masse par accélérateur, une méthode beaucoup plus précise.

Ceci a révélé que l’idole a été créée environ 1 500 ans plus tôt, au début de l’époque holocène, la période où les humains ont commencé à dominer la planète.

Ces données qui ont surpassé nos attentes sont extrêmement importantes pour comprendre le développement de la civilisation et de l’humanité, a affirmé Thomas Terberger, l’un des chercheurs impliqués dans la découverte.

La statue inhabituelle, appelée idole de Shigir, aurait été créée par une ancienne civilisation à des fins religieuses ou spirituelles, et comporte des gravures d’une langue perdue toujours indécryptable par les scientifiques.

La statue qui mesurait 5,8 m de hauteur à l’époque a été sculptée par un menuisier inconnu qui utilisait des outils de pierre.

L’idole de Shigir, qui est actuellement exposée au musée de l’histoire de Sverdlovsk à Iekaterinbourg en Russie, mesure aujourd’hui seulement 2,8 m après que des parties de l’artefact ont disparu durant l’ère soviétique.

Joyau du musée d’Iekaterinbourg, l’idole de Shigir est localement considérée comme la plus ancienne statue en bois connue.

Lorsqu’un musée envoie un de ses artéfacts phares au laboratoire, il y a toujours un risque de le voir perdre de sa valeur. Le musée d’histoire de Iekaterinbourg, en Russie, a pourtant décidé de vérifier si l’idole de Shigir est bien la plus vieille statue en bois connue du monde.

La statue est en mélèze…

L’idole de Shigir a été retrouvée en janvier 1890 dans une mine d’or à ciel ouvert près de Kirovgrad, dans la région de Iekaterinbourg. Taillé dans un mélèze abattu à au moins 159 ans, la statue est couverte de symboles du mésolithique et mesure 2,8 mètres de haut. L’idole a survécu au passage du temps car elle était enfoncée sous une couche de tourbe, dont les quatre mètres d’épaisseur la maintenaient à l’abri de l’air.

Une idole encore mystérieuse…

L’Holocène est la deuxième et dernière époque de la période Quaternaire, et l’un de ses nombreux interglaciaires.

Des changements climatiques importants se produisent au cours de l’Holocène.

La température s’élève notablement. Les précipitations augmentent en zone tropicale, entraînant une diminution des zones désertiques. Les zones habitables se décalent vers le Nord, alors que le niveau marin remonte, isolant par exemple les iles britanniques du continent européen. Il y a 8 000 ans, le Sahara se couvre de végétation et de multiples lacs s’y créent.

Les troupeaux de grands herbivores quittent les zones tropicales où les forêts s’étendent, pour se diriger vers les savanes apparues dans les déserts du Nord et du Sud. Ils sont suivis par une population humaine de chasseurs-cueilleurs qui laissent des peintures et des gravures rupestres dans le Sahara.

Le retour ultérieur du désert, entre -3000 et -1000, contraint cette population à migrer sur les rives du Nil, donnant naissance à la civilisation égyptienne. Un phénomène comparable se déroule en Amérique du Sud, à l’origine de la civilisation de Paracas.

Cette époque est également marquée par une rapide et importante vague d’extinction d’espèces de grands mammifères dans l’hémisphère nord et en Australie, la Mégafaune s’y est très fortement réduite.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here