Une obsidienne paléolithique transportée sur 700 kilomètres

0
124

L’analyse d’un éclat d’obsidienne trouvé en Syrie, remontant entre 41.000 et 32.000 ans, démontre qu’il provient d’un volcan lointain en Turquie, éloigné de 700 kilomètres.

Les archéologues Ellery Frahm, Université de Yale, et Thomas Hauck, Université de Cologne, ont utilisé la technique de la fluorescence aux rayons X pour étudier la composition chimique de 230 échantillons d’obsidienne dans tout le Moyen-Orient et trouver la source de l’éclat.

Jusqu’à présent le premier transport d’obsidienne sur longue distance dans la région remontait à la période natoufienne, entre 14.500 et 11.500 ans.

L’archéologue allemand Alfred Rust découvrit l’éclat d’obsidienne dans les années 30, dans une grotte près de la ville de Yabroud, dans le sud de la Syrie. Il se trouvait dans la même couche archéologique que des centaines d’autres outils en pierre datés entre 30.000 et 40.000 ans, et ce fut l’unique pièce d’obsidienne (un type de verre volcanique) découverte.

Les chercheurs ont trouvé la correspondance chimique dans un volcan de la Turquie centrale. Ceci montre qu’il a été transporté sur au moins 700 kilomètres avant d’atteindre la grotte. C’est une période à laquelle on pense qu’Homo sapiens avait déjà supplanté Néanderthal au Moyen-Orient. « Le postulat général est que les outils en pierre de cette période étaient produits localement, suggérant que les gens ne voyageaient pas loin. C’est un matériau exotique comme l’obsidienne qui a permis de révéler qu’il n’en fut pas nécessairement ainsi », a déclaré Ellery Frahm, directeur du programme Yale Initiative for the Study of Ancient Pyrotechnology et co-auteur de l’étude.

Les gisements d’obsidienne (triangles) et les sites de l’Âge de Pierre (carrés). Crédit : E. Frahm and T. Hauck/Journal of Archaeological Science: Reports 2017

« Notre analyse montre que l’obsidienne de la Turquie centrale voyagea jusqu’à la Syrie méridionale. Aucun déplacement de cette portée dans la documentation archéologique n’a été enregistré jusqu’à 20.000 ans après. » Auparavant, la première apparition de l’obsidienne au Levant (la région comprenant la Syrie méridionale, le Liban, l’Israël et la Jordanie) avait été datée entre 10.000 et 15.000 ans, peu de temps avant que les hommes ne commencèrent à élever des animaux, à cultiver et à produire des céramiques, explique Frahm.

La composition chimique de l’éclat a été révélée grâce à la fluorescence aux rayons X, et a ensuite été comparée avec les échantillons d’obsidienne récupérés par des volcanologues de toute l’Asie sud-occidentale, incluant l’Arménie, la Géorgie et la Turquie. On a ainsi découvert que la correspondance chimique venait du volcan Göllü Dağ, au centre de la Turquie.

On ne sait pas combien de temps cela a pris pour que l’obsidienne parcoure les 700 kilomètres de la Turquie à la Syrie, ni combien de fois il changea de main pendant le voyage. « Il ont dû avancer assez rapidement pour être encore utile après cette longue distance », a déclaré Frahm, en remarquant que l’obsidienne était très usagée.

« Elle fut aiguisée beaucoup de fois. Elle s’est usée et a été jetée. » Les résultats montrent que les premiers êtres humains se déplaçaient sur des distances significatives et que certains objets, incluant les outils en pierre recueillis sur le site de Yarbroud, voyageaient probablement sur de longues distances analogues.

L’obsidienne avait été négligée par les chercheurs ou éliminée comme un objet erronément mélangé avec des pièces plus anciennes. Les chercheurs en ont cependant confirmé la provenance grâce à la Yale Babylonian Collection, qui conserve une copie originale du rapport de fouilles de Rust. Le rapport, publié en 1950, comprend une description de l’éclat d’obsidienne et son illustration; ce qui démontre qu’il fut trouvé dans la même couche archéologique que des centaines d’autres objets de pierre datés de 40.000 à 30.000 ans.

« Avoir accès à une copie du rapport original de Rust est inestimable », affirme Frahm. « Il a confirmé que cette obsidienne n’a pas été mal rangée il y a des décennies. » L’étude a été publiée dans le magazine scientifique Journal of Archaeological Science.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here