VOLCAN RANO KAU — Ce cratère d'une largeur de près d'un kilomètre abrite le plus grand lac d'eau douce de l'île, autrefois principale source d'eau pour les villageois.

Si l’île de Pâques est célèbre pour ses mystérieuses statues moaï, cette île polynésienne isolée a bien plus à offrir. Près de 42 % de cette île sont occupés par le parc national Rapa Nui, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1995 afin de protéger les merveilles naturelles et culturelles de ce territoire chilien. Si vous souhaitez comprendre l’inspiration derrière les réalisations mégalithiques des Rapa Nui, ne vous arrêtez pas aux trésors fabriqués par l’homme sur l’île de Pâques.

RANO KAU

Ce volcan éteint d’une largeur de près d’un kilomètre a façonné le sud-ouest de l’île de Pâques il y a environ 2,5 millions d’années. Son lac d’eau douce, le plus grand de l’île, était autrefois la principale source d’eau des anciens villageois d’Orongo, dont les maisons basses en pierre peuvent encore être admirées au bord du cratère de la falaise. Le microclimat à l’intérieur des pentes escarpées du volcan Rano Kau abrite une végétation luxuriante composée d’ananas, de figues, de carex des arènes et d’oranges.

RANO RARAKU

Site vraisemblablement le plus populaire du parc national Rapa Nui, Rano Raraku est la principale carrière des moaï de l’île. Sur les 887 statues de l’île, environ 400 sont dispersées sur le cratère du volcan. Attaché aux pentes les plus hautes du soubassement du cratère, la plus grande statue moaï jamais sculptée, El Gigante, s’élève à 22 mètres pour un poids de 270 tonnes.

Près de la moitié des statues moaï de l’île de Pâques se trouvent dans cette carrière. Elles sont de tailles diverses et à différents stades d’avancement.

PLAGE D’ANAKENA

Une grande partie du littoral de l’île étant bordé de basalte irrégulier d’un noir de jais, les plages de l’île de Pâques sont une denrée rare. La plage d’Anakena fait figure d’exception idyllique. Palmiers, sables blancs coralliens et eaux d’une incroyable sérénité invitent à l’écoute de l’apparence originelle de la terre et attirent aussi bien les touristes que les locaux. Cependant, les sept statues moaï restaurées s’élevant à quelques pas des vagues confère à cette place polynésienne une indéniable sensation d’espace.

L’une des rares plages de sable blanc de l’île, Anakena est le cliché du paradis polynésien, visité aussi bien par les locaux que par les touristes.

LES TROIS MOTUS

Près des falaises vertigineuses de Rano Kau se trouvent trois îlots importants de tailles diverses, appelés motus. Le Motu Iti a longtemps été un site de nidification pour la sterne filigineuse, la frégate ainsi que les oiseaux fous masqués. Le Motu Kao Kao, quant à lui, s’élève à environ 70 mètres au-dessus de l’océan Pacifique. Le Motu Nui, plus grand îlot et sommet d’un volcan submergé, a été le lieu du culte de l’homme-oiseau, au cours duquel les concurrents se disputaient les premiers œufs de la saison des oiseaux migrateurs manutura avant de nager et d’escalader la falaise afin de retourner au village d’Orongo.

Ces trois îlots possèdent une signification écologique et culturelle pour le village et centre cérémoniel voisin d’Orongo, dont les maisons de pierre peuvent encore être admirées aujourd’hui.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here