Les civilisations aussi ont leurs boites noires. Éparpillés entre l’Amazonie, la Cordillère des Andes, le Pacifique et les Rocheuses dorment quatre trésors dont nous avons perdu la trace, symboles de quatre époques clés de l’histoire du continent américain. Au delà de leur valeur financière, leur charge mémorielle est telle que les générations qui les retrouveront en seront quittes pour de beaux débats.

1- Le trésor des Llanganates raconte l’histoire de la soumission d’un peuple

Portrait du conquistador Francesco Pizarro, celui qui tua l’empereur Atahualpac et qui fonda Lima, la capitale du Pérou.

En 1533, l’empereur Inca Atahualpac, régnant sur l’Equateur et le Pérou actuels, est fait prisonnier par le conquistador Francisco Pizarro. La fascination des colons pour l’or n’a pas échappé au souverain captif, qui propose à ses geôliers de payer pour sa libération en remplissant une pièce entière d’or. Mais les Espagnols redoutent la puissance de l’empereur légitime plus qu’ils n’ont soif de richesses : Atahualpac est étranglé dans sa cellule avant l’arrivée du trésor. Il est dit que les soldats incas qui transportaient ce dernier s’en débarrassèrent alors dans les Llanganates, une chaîne de montagnes au Nord de l’Équateur actuel.

Après avoir été au pouvoir de 2011 à 2016, le Parti Nationaliste Péruvien s’est mis en retrait de la vie politique. En vue de son retour prévu pour les élections locales de 2018, remettre la main sur l’or d’ Atahualpac serait une véritable aubaine. L’ancien President de la République et actuel président du PNR, Ollanta Humala étant lui même le descendant d’une ancienne lignée de seigneurs andins, il lui serait d’autant plus profitable d’exhumer cette page oubliée du roman national.

2- Le trésor de Lima questionne le patrimoine de l’humanité

Ces monnaies d’or frappées par la Monnaie de Lima en 1705, ont été trouvées sur le site d’une épave en 1988. La cache des marins de William Thompson en abrite sûrement d’identiques.

Nous sommes toujours au Pérou, en 1811. Les troupes de l’indépendantiste Simon Bolivar approchent de la capitale, où la couronne espagnole a amassé un butin considérable en près de 300 ans de mainmise sur le continent. Le vice-roi du Pérou charge alors le capitaine canadien William Thompson d’acheminer par bateau le trésor en lieu sûr au Mexique. Lors de la traversée, ses hommes tuent les gardes du trésor et l’enfouissent quelque part sur l’île Cocos, à plus de 500 km au large du Costa Rica. Finalement capturé avec son premier officier, Thompson parvient à s’échapper, mais la trace du trésor de Lima est perdue.

Bijoux, candélabres, idoles, objets de culte ou ornements décoratifs, les pièces du trésor de Lima portent en elles la mémoire de plusieurs siècles de colonisation, et de l’évangélisation d’un continent entier. Si l’on venait à les retrouver, qui serait le plus à même de s’en réclamer propriétaire ? Le Pérou, d’où elles proviennent? L’Espagne, qui y régnait alors ? Le Costa-Rica, auquel appartient l’île Coco ? Le Vatican ? où même le Canada ? Et si le découvreur était Kazakhe, alors ? Le débat historiographique du siècle gît peut-être quelque part au large du Costa-Rica, “sur les pentes d’une montagne où à l’Ouest coule un ruisseau…”

3- L’Or de la Nouvelle-Orléans, une fable américaine

La bataille de Pea Ridge, l’une des batailles les plus féroces de la guerre de sécession.

Quelques années plus tard et encore un peu plus au Nord, nous voilà à la Nouvelle-Orléans, ville sécessionniste menacée par la progression des armées unionistes du Nord. Deux millions de dollars en lingots d’or sont alors mis en sûreté dans la banque d’un certain William Young, à Columbus, 600km à l’est. Une fois la guerre terminée, on demande au banquier de rendre l’argent ; il refuse. Le général confédéré Pierre-Gustave Beauregard est alors dépêché sur place pour s’assurer de la restitution du butin, dont on perd ensuite la trace.

Et si on le retrouvait aujourd’hui ? Une énième polémique autour des banquiers voleurs ne manquerait pas de surgir, mais à l’heure où Donald Trump monopolise notre capacité d’attention en matière de scandales, on aurait plutôt tendance à imaginer que les médias oublieraient l’affaire en un rien de temps. Ou bien ce serait l’électrochoc : la découverte d’un banquier véreux, complice d’un militaire corrompu, aux fondements de l’Histoire américaine serait la goutte d’eau qui fait déborder le vase, et le début d’une entreprise de moralisation de la vie politique.

4- Le butin de Butch Cassidy à l’origine d’un nouveau tourisme

Photo d’identité judiciaire de Butch Cassidy prise dans la prison de Laramie en 1894.

Elevé dans un milieu très religieux d’immigrés mormons installés dans l’Utah, le hors-la-loi et meurtrier George Parker prend le surnom de Butch Cassidy en souvenir de son passé de garçon boucher. Banques, trains, hommes d’affaires ; rien n’échappe à sa « horde sauvage », dont le butin fut en partie caché quelque part dans l’Irish Canyon, Colorado. Il y aurait là-bas plus de 50 000 dollars en pièces et en lingots.

À en croire les experts, l’état que Théodore Roosevelt surnomma la « Suisse américaine » – mais pour ses pentes enneigées – regorge de ce genre de planques oubliées. La découverte du trésor de Cassidy ou de l’un de ses compagnons de rapines lancerait à coup sûr une nouvelle ruée vers l’or, touristique cette fois-ci. Des tours opérateurs encadreraient de véritables chasses au trésor en échange d’un forfeit fixe et d’un pourcentage des éventuelles découvertes. D’ici quelques années, les guides les plus aguerris pourraient emmener les plus aventureux de leurs clients dans les ruines de l’Etat Islamique, à la recherche des trésors pillés de Palmyre…

Quelques mètres sous terre dorment des bombes à retardement, qui n’attendent que d’être retrouvées pour changer une seconde fois le cours de l’Histoire. On comprend mieux qu’un certain Tolkien ait pu un jour imaginer qu’un Anneau égaré puisse avoir la volonté d’être retrouvé pour faire trembler le monde à nouveau.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here