Pays longtemps enveloppé de mystère, ce n’est que récemment que la Birmanie a émergé de décennies d’isolement sous le joug d’un régime militaire violent et a ouvert ses frontières au tourisme. Les stūpas dorés, les temples étagés et les monastères éclairés aux chandelles ponctuent le paysage, symboles d’une tradition spirituelle ancestrale remontant au premier siècle de notre ère. Bien que le pays n’ait aucune religion officielle, environ 90 % de la population du pays pratique le bouddhisme theravāda.

Plus de 100 ethnies peuplent la Birmanie. Au cours de ces dernières années, le gouvernement a fait l’objet d’un examen minutieux relatif à la montée inquiétante de violences religieuses à l’encontre des minorités musulmanes et chrétiennes, parmi lesquelles la destruction de sites sacrés non bouddhistes.

Surplombant l’horizon de Monywa, la pagode Aung Sakkya, d’une hauteur de plus de 120 mètres de haut, est entourée de plus d’un millier de pagodes plus petites contenant des dizaines d’images de Bouddha. Monyma est également célèbre pour le site de Maha Bodhi Tahtaung, où se dressent d’immenses statues de Bouddha allongé et debout sur une colline.

Se tenant dangereusement sur le bord d’une falaise, la pagode Kyaikhtiyo, également connue sous le nom de « rocher doré », est un important site de pèlerinage bouddhiste à Mon State, au Myanmar. Un petit stūpa se trouve au sommet d’un géant audacieux, que les pèlerins caressent en permanence de feuille d’or. D’après la légende, le rocher serait maintenu grâce à un seul cheveu du Bouddha.

Chaque automne, des bateaux cérémoniels transportent des visiteurs sur le lac Inle, dont les rives accueillent la pagode Phaung Daw Oo. Le sanctuaire abrite plusieurs statues de Bouddha en or qui sont transportées sur le lac sur la réplique d’une péniche royale lors du festival de Phaung Daw Oo. Des centaines de bateaux se joignent au cortège auquel assistent d’immenses foules depuis le rivage.

Sur la rive gauche du fleuve Irrawaddy, des centaines de sanctuaires bouddhistes ponctuent le paysage. Bagan est l’ancienne capitale de la Birmanie et était autrefois l’un des centres les plus importants de l’apprentissage bouddhiste. Les stūpas (de grands dômes en forme de cloche) sont typiques de l’architecture bouddhiste de la région. Le sommet du stūpa représente une montagne sacrée conçue pour abriter les reliques des saints.

Au nord de Nyaungshwe, le monastère de Shwe Yaunghwe Kyaung contraste de façon saisissante avec les stūpas dorés de Yangon. Le temple se distingue par son cadre en bois de teck, ses fenêtres ovales insolites ainsi que son petit temple abritant des dizaines de statues de Bouddha finement sculptées dans les murs.

Plusieurs tonnes de feuilles d’or ainsi que des milliers de diamants et de pierres précieuses recouvrent la pagode de Shwedagon, l’un des sites bouddhistes les plus sacrés de Birmanie. L’immense stūpa doré, qui abriterait les reliques d’anciens Bouddhas, voit le jour sous la lumière du lever et du coucher du soleil. Selon les archéologues, le stūpa originel aurait été construit entre le 6e et le 10e siècle ; cependant, il a probablement été reconstruit à plusieurs reprises à cause des tremblements de terre de la région. Ce vaste complexe couvre désormais plus de 46 hectares.

Le festival Thadingyut, ou festival des lumières, se déroule pendant trois jours au cours du septième mois du calendrier lunaire birman, lors de la pleine lune, et signe la fin du carême bouddhiste. Des centaines de milliers de lumières scintillent et illuminent les pagodes et les lieux sacrés à travers tout le pays ; les participants célèbrent le festival lors de spectacles de lumières, avec de la musique et de la nourriture. La date à laquelle se tient le festival varie d’une année à l’autre mais a généralement lieu en octobre.

Niché au cœur d’un petit jardin aquatique enveloppé par les montagnes, Kyauk Kalap semble défier la gravité. Une petite pagode est perchée au sommet d’une formation rocheuse abrupte et son reflet dans l’eau crée une scène saisissante.

Au milieu des montagnes luxuriantes de Hpa An, une immense caverne naturelle est sculptée dans le paysage. Cette grotte sombre abrite des dizaines de statues de Bouddha, des pagodes et des sculptures murales.

L’impressionnant festival des lumières de la Birmanie a lieu le jour de la pleine lune pendant « Tazaungmon », le huitième mois du calendrier birman, afin de célébrer la fin de la saison des pluies. Des montgolfières, des bougies et des lanternes peuplent les cieux dans le but de chasser les esprits maléfiques.

Située près de la ville de Mingun, la pagode Hsinbyume aux teintes d’ivoire serait inspirée du mythologique mont Meru. D’après la cosmologie bouddhiste, la montagne est au centre de l’univers.

Cette ville portuaire du sud du Myanmar était autrefois la capitale de l’ancien royaume Mon. La ville est célèbre pour son Shwethalyaung, une statue de Bouddha géante allongée, qui mesure plus de 55 mètres de long. D’après certaines sources, la sculpture aurait été bâtie en 994, puis perdue lors de la destruction de la ville en 1757. Plus d’un siècle plus tard, en 1881, elle a été découverte sous une jungle en croissance exponentielle.

Sur le site archéologique de Mrauk U, ce temple de pierre colossal abrite 90 000 images de Bouddha et plus d’une centaine de stūpas. La plupart de ses passages de pierre labyrinthiques finement sculptés sont restés intacts, tandis que d’autres se sont effondrés, probablement à cause d’un tremblement de terre.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here