Le trésor trouvé dans la tombe du jeune pharaon Toutankhamon est déménagé du Musée égyptien du Caire, sur la place Tahir, au Grand Musée égyptien, près des pyramides. Reportage photo de Christophe Bourseiller.

Le petit cercueil d’un bébé royal

Ce sarcophage en bois doré renfermait le corps d’une minuscule momie, sans doute l’une des filles de Toutankhamon. Il fait partie des quatre mille pièces du trésor du petit roi qui ont déjà été transportées du vieux Musée égyptien du Caire vers le Grand Egyptian Museum (GEM).

Le déménagement d’un roi

Depuis la fin du mois de mai 2017, ce sont les pièces les plus précieuses du mobilier qui arrivent au GEM. Acheminé par camion sous la surveillance de la police et de l’armée, un lit rituel en bois doré est accueilli aux portes des réserves. Il fait partie d’un ensemble exceptionnel de trois couches funéraires aux formes animales, qui étaient disposées dans l’antichambre de la tombe de Toutankhamon. Sa dépouille y a été déposée durant les cérémonies funéraires.

Char d’apparat

Vêtu de feuilles d’or, incrusté de verre de couleur et de pierres précieuses, cet équipage est l’une des nouvelles merveilles du GEM. Il est demeuré enfermé 72 heures dans sa caisse le temps de s’acclimater à la température ambiante, avant d’être déballé sous les yeux du directeur du musée, Tarek Sayed Tawfik (à droite). Les roues et le timon, eux aussi couverts de feuilles d’or, seront assemblés à la coque pour lui redonner sa splendeur d’origine.

Bijou d’éternité

La restauratrice Yasmin Abd El-Aziz nettoie d’un mélange d’eau et d’alcool une parure en lapis-lazuli et turquoise, portant en son centre un scarabée aux ailes étendues. Symbole de la régénération par excellence, car les Egyptiens l’imaginaient né de la Terre et comparaient sa boule d’excrément au soleil, le coléoptère joue un rôle primordial dans le mobilier funéraire du petit roi. Il est ici surmonté d’un disque solaire en cornaline enchâssé dans un anneau d’or.

Un sphinx souverain

Le restaurateur Ahmed El-Sheikha achève la remise en état d’un bouclier d’apparat en bois ajouré exaltant la puissance royale. Le roi, représenté sous la forme d’un sphinx portant la double couronne de Haute et Basse Egypte, écrase la tête de deux Nubiens morts. La scène est surmontée d’un disque solaire dont les ailes suivent la courbure du cadre. L’éclat rougeâtre de la feuille d’or provient de sa forte teneur en cuivre.

Souliers d’or

C’est face à un véritable puzzle que se retrouve le restaurateur Amir Moustafa. Des dizaines de pièces d’or, de faïence et de cuir qu’il lui faut assembler pour reconstituer une paire de sandales royales disloquées après avoir séjourné dans de mauvaises conditions de conservation dans l’ancien Musée égyptien du Caire. Trois mois lui seront nécessaires pour achever sa tâche.

Fouler l’au-delà

Une paire de sandales restaurées. L’archéologue Howard Carter, découvreur de la sépulture du petit roi, y a retrouvé plusieurs paires de ces souliers, des plus simples en papyrus et roseau, aux plus sophistiqués, en or. Certains étaient si abîmés qu’il lui a fallu les enduire d’un mélange d’alcool et de paraffine durci pour pouvoir les manier.

Des amulettes contre les forces du mal

Parmi les 5000 pièces récupérées dans la tombe de Toutankhamon, les objets de protection étaient l’une des catégories les mieux représentées. Ils constituaient des remparts contre les pilleurs mais surtout contre les forces du mal qui hantent le monde souterrain et tendent au mort des embûches sur la chemin de la régénération. La momie de Toutankhamon était couverte d’au moins 150 amulettes. A gauche, dans la boite, des piliers djed, surmontés de quatre brides transversales, symbolisant la durée et la stabilité.

Des trésors en réserve

Plusieurs paires de sandales, des dizaines de boomerangs pour chasser dans les marais, des coffres, lampes, outils, restes de nourriture, arcs et flèches, jeux de société… Les armoires de la réserve spécialement dédiée au trésor de Toutankhamon rassemblent l’hétéroclite mobilier que le petit roi a emporté avec lui pour faire face à tous les besoins et dangers de son dernier voyage. A gauche, sur les étagères, des modèles de bateaux. La salle du trésor en comptait pas moins de dix-huit, la proue dirigée vers l’ouest, prêts à s’élancer vers le monde souterrain.

Ce foetus, la fille de Toutankhamon

Ce petit corps momifié est l’un des deux fœtus, probablement de sexe féminin, retrouvés dans la salle du trésor. L’état de développement de leur corps correspondait au cinquième et septième mois de grossesse. Vu l’emplacement où ils ont été trouvés, et la décoration complexe de leurs doubles cercueils, les spécialistes pensent qu’il s’agissait d’enfants royaux. Aucun nom n’est lisible sur leurs cercueils : les bébés morts à la naissance n’en recevait sans doute pas.

D’émouvantes dépouilles

Parmi les objets exposés dans la réserve, ces étranges petits sarcophages gigognes. Le premier, en bois doré (en haut, le couvercle, au milieu le coffre) renfermait le corps d’un fœtus, dont le visage était couvert d’un masque lui aussi doré. L’ensemble était enfermé dans une bière noire anthropomorphe (en bas). Deux ensembles de ce genre ont été découverts dans la chambre du trésor, simplement posés dans une caisse en bois ouverte. Il s’agit sans doute des sarcophages de deux enfants de Toutankhamon.

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here