On est loin d’en avoir fini avec le règne sans partage de l’industrie agroalimentaire. Mais, avec cette brèche ouverte dans l’un des temples de la consommation de masse, nous assistons peut-être au tout début d’une nouvelle ère. Depuis hier, l’enseigne Carrefour a en effet décidé de vendre des « légumes interdits » issus de semences paysannes. Quelles que soient les raisons de ce choix spectaculaire et inattendu, on a toutes les raisons de se réjouir. Explications.

Carrefour qui milite pour la diversité des fruits et légumes et pour la liberté des paysans ? On ne va pas se mentir, on n’attendait pas forcément un géant de la grande distribution sur ce terrain-là. Pourtant, la marque a bel et bien joué la carte du militantisme avec cette annonce vidéo postée sur Twitter. Regardez :

Étonnant, non ?

Dans ce spot coup de poing, Carrefour fait référence au catalogue officiel des semences autorisées, un listing contrôlé par le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS). Depuis une loi de 1981, seules les semences inscrites dans ce document peuvent être commercialisées, celles qui donnent naissance à des légumes standardisés.

Concrètement, ce ne sont donc pas les légumes hors de cette liste qui sont interdits à la vente, mais les semences dont ils sont issus, ce qui, au final revient quasiment à la même chose…

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here