Selon les prévisions de David Meade, un excentrique chercheur américain, la fin du monde devait se produire le 23 septembre. Nous sommes toujours là le 3 octobre, alors l’homme a décidé d’expliquer sa théorie. D’après lui, il y a eu un malentendu et nous ne sommes pas sauvés pour autant.

C’est une des théories du complot récurrente, qui circule depuis des années sur les réseaux sociaux. L’apocalypse devait survenir le 23 septembre 2017. Cette idée saugrenue a été échafaudée par David Meade, un « chercheur paranormal et mentaliste », qui a plusieurs théories de ce genre au compteur. Il a même tout expliqué dans un livre autoédité, intitulé Planet X : l’arrivée 2017.

L’homme, dont on sait peu de chose, s’était basé sur des interprétations d’écrits bibliques couplés à des observations astronomiques. Il affirmait dans son ouvrage qu’une planète nommée Nibiru dans la mythologie babylonienne, inconnue dans notre système solaire, devait passer juste au-dessus de Jérusalem ce 23 septembre, entraînant une série de graves événements.

Il ajoutait que ce jour arrivait 33 jours après l’éclipse totale du Soleil aux États-Unis et que 33 était également l’âge supposé de Jésus le jour de sa crucifixion… Un enchaînement à la logique plus qu’obscure, qu’il résumait en assurant que tout cela était le signe d’une apocalypse inéluctable. Rien que ça.

« Des canulars provenant du web »

La rumeur a tellement enflé sur internet que la Nasa a dû démentir ces théories farfelues. « Nibiru et toutes ces autres histoires à propos de planètes sont des canulars provenant du web. Il n’existe aucune base factuelle concernant ces affirmations », a rappelé l’agence spatiale américaine.

Selon David Meade, ce samedi 23 septembre ne marquait que le début des catastrophes qui dureront sept ans. (Photo : Pixabay)

Quelques jours avant le 23 septembre, l’homme a accepté de clarifier sa théorie, par mail, pour le Washington Post. « Ce n’est pas la fin du monde, mais la fin du monde tel que nous le connaissons. Une grande partie du monde ne sera plus la même au début du mois d’octobre », assure-t-il. Selon lui, ce samedi 23 septembre ne marquait que le début des catastrophes qui dureront sept ans.

David Meade, l’homme mystère

Mais qui est donc ce David Meade ? Les journalistes du Washington Post ont tenté d’en savoir plus. Et ça n’a pas été facile tant l’homme aime entretenir le mystère. « Quand on lui a demandé où il vivait, il a seulement répondu qu’il était au cœur d’une grosse zone dévastée après le passage de l’ouragan Irma », écrivent-ils.

Quant à son parcours scolaire, David Meade reste aussi évasif, mentionnant qu’il a « étudié l’astronomie dans une université du Kentucky », mais refusant d’être plus précis, invoquant des raisons de sécurité.

D’après son propre site internet, il a travaillé sur des enquêtes judiciaires et a passé dix ans « à rédiger des rapports spéciaux pour la gestion » des entreprises classées dans la liste Fortune 1 000 (qui rassemble les 1 000 plus grandes entreprises américaines classées par chiffre d’affaires). Interrogé à ce sujet, il a éludé toutes les questions à propos de ces entreprises et a refusé de dire ce qu’il faisait en ce moment.

Une photo de David Meade trouvée sur son site internet. (Photo : PlanetXNews)

Celui qui compte plusieurs ouvrages autopubliés et conspirationnistes à son actif (treize en tout, la fin du monde ça rapporte), est très critique envers la jeune génération, « abrutie par la télévision, les publicités, le sport, etc. ». Il ajoute dans un autre mail adressé aux journalistes du Washington Post (il en a envoyé beaucoup, vraiment beaucoup, à différents journalistes), « ce qui m’étonne c’est que cette nouvelle génération ne s’engage pas dans la pensée critique. Ils ne lisent pas, ils ne comprennent rien… »

Lui, en tout cas, n’est pas vraiment compris par les spécialistes de l’agence spatiale américaine. « Si la planète X ou Niribu était réellement en train d’approcher de la Terre au risque d’entrer en collision, les astronomes l’auraient déjà suivie depuis au moins déjà dix ans et elle serait visible à l’œil nu », répètent inlassablement les experts de l’espace.

Qu’importe, David Meade en est persuadé, il a vu « les signes spirituels dans le ciel, ce samedi, dans la nuit ».

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here