Le trésor russe légendaire pillé par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale pourrait être caché dans une grotte des Monts Métallifères dans l’est de l’Allemagne.

Les chercheurs allemands Leonhard Blume, Günter Eckardt et Peter Lohr affirment que la fameuse Chambre d’ambre volée par les nazis en 1941 et dont les traces avaient été perdues lors de la Seconde Guerre mondiale se trouverait en réalité dans la grotte du Prince près de Dresde, dans l’est de l’Allemagne.

Les spécialistes racontent notamment qu’une «source fiable» leur a indiqué l’emplacement de la Chambre d’ambre ce qui les a poussés à entamer des recherches. Ils ont ensuite scanné le sol dans la grotte du Prince au moyen d’un radar et trouvé des cavités ressemblant à un bunker.

«Nous avons trouvé sur les murs des traces de câbles en acier qui ont été utilisés pour faire descendre des cargaisons. D’après les données du géoradar, il y a un système de tunnels secrets sous les grottes», ont-ils expliqué au journal The Daily Mail.

Ils précisent notamment qu’à proximité de la grotte du Prince se trouvait une gare où on avait vu en avril 1945 un train en provenance de Königsberg (des militaires allemands y avaient emporté la Chambre d’ambre en 1941), ce qui serait un avantage en faveur de la théorie des chercheurs allemands. Ils sont également d’avis que les grottes pourraient abriter le trésor du dernier monarque de l’Empire allemand, Guillaume II.

Pour l’instant, les spécialistes recherchent des fonds pour poursuivre leur recherche.

La Chambre d’ambre, un ensemble de panneaux d’ambre sculptée qui ornait autrefois les murs d’une chambre du Palais Catherine, a été volée par les nazis en 1941 et a disparu deux ans et demi plus tard. Depuis 70 ans, les chasseurs de trésors les plus fervents refusent de baisser les bras et cherchent à la retrouver.

Ce chef-d’œuvre légendaire, volé dans les environs de Saint-Pétersbourg (à Tsarskoïe Selo), représente une pièce murale recouverte d’éléments d’ambre sculptés. Une reproduction de la Chambre a été inaugurée en 2003 après presque 30 années de travaux au Palais Catherine à Saint-Pétersbourg.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here