Un campus en été dans le canton de Vaud, un autre en hiver dans la station de Gstaad, l’Institut Le Rosey en Suisse est la plus ancienne école internationale du pays et le pensionnat le plus cher de la planète.

Le roi des Belges, le Shah d’Iran, le prince Rainier de Monaco, des membres de la famille Rothschild, Sean le fils de John Lennon ou encore le chanteur Joe Dassin et l’animateur Nelson Montfort. Leur point commun? Ils ont tous ciré les bancs de la même école, l’Institut Le Rosey. Et pas n’importe quelle école puisqu’il s’agit sans doute de la plus prestigieuse de la planète.

Située à Rolle en Suisse (canton de Vaud), l’Institut Le Rosey est la plus ancienne école privée Suisse à vocation internationale. Créée en 1880 dans un ancien château du XIIIème siècle fondé par un certain Pierre de Rosey, cette école est la plus chère du monde. Un an de pensionnat coûte 83.400 francs suisses soit plus de 75.300 euros pour les élèves de primaire. Pour le collège et le lycée, les tarifs sont encore plus élevés. Une année pour un adolescent coûte 111.900 francs suisses, soit plus de 101.000 euros. Trois fois plus cher que les frais de scolarité de la plus prestigieuse école privée française, l’Ecole des Roches à Verneuil sur Avre en Normandie.

Des tarifs qui ne refroidissent pas les prétendants. L’école qui accueille chaque année 80 à 90 nouveaux résidents de 8 à 18 ans reçoit 400 demandes pour chaque rentrée scolaire. L’école s’offre le luxe de sélectionner ses prétendants selon différents critères comme notamment l’esprit d’ouverture et la curiosité. L’Institut, très rigoureux sur la discipline, n’hésite pas non plus à expulser des élèves pour faute grave. Ce qui arrive au moins une fois par an. Un vol, une sortie non autorisée ou la consommation de stupéfiant et c’est immédiatement la porte. 

A l’Institut Le Rosey, les 400 élèves issus de plus de 60 nationalités différentes ont droit à un enseignement bilingue, français et anglais. Au terme de leur formation, les élèves peuvent passer soit un bac français soit un bac international. L’école indique par ailleurs que 30% de ses diplômés intègrent ensuite une des 25 meilleures universités du monde comme Oxford ou Cambridge en Angleterre, le MIT ou celles de la Ivy League aux Etats-Unis (Harvard, Princeton, Yale…).

Mais à quoi ressemble cette école d’exception pour têtes couronnées et grandes fortunes de la planète? Visite guidée.

Campus d’été/campus d’hiver

Si les élèves font leur rentrée à Rolle dans le Canton de Vaud au bord du Lac Léman, c’est à Gstaad qu’ils s’envolent à partir du mois de décembre pour y passer l’hiver sur un second campus. Une tradition depuis 1916. Les élèves peuvent ainsi s’adonner au ski quatre fois par semaine. Un sacré business pour la station des Alpes suisses qui estime que 50% de ses vacanciers ont un lien avec l’école (élèves, parents, proches et anciens élèves qui y ont acheté un chalet).

La bâtisse historique du XIIIème siècle

C’est en 1880 que Paul Carnal, un éducateur passionné achète le château du Rosey, vieille bâtisse du XIIIème siècle à l’abandon, pour y créer une école qui était réservée aux garçons jusqu’en 1967. Quelque 140 ans plus tard, l’école Le Rosey est toujours dans la même famille. 

Un parc de 28 hectares et une salle de concert

Depuis sa création, l’Institut n’a jamais cessé de s’agrandir. Il dispose aujourd’hui d’un parc de 28 hectares sur lequel il a fait bâtir en 2014 une salle de concert de 900 places aux allures de soucoupe volante pour 50 millions de francs (45 millions d’euros). 

Depuis sa création, l’Institut n’a jamais cessé de s’agrandir. Il dispose aujourd’hui d’un parc de 28 hectares sur lequel il a fait bâtir en 2014 une salle de concert de 900 places aux allures de soucoupe volante pour 50 millions de francs (45 millions d’euros).

Concerts philharmoniques et représentations théâtrales

L’auditorium accueille des orchestres philharmoniques tout au long de l’année ainsi que les événements organisés avec les élèves comme des représentations de théâtre.

Deux mois dans les Alpes suisses chaque année

La classe déportée à Gstaad est un des moments forts de l’année. De janvier à mars, élèves et professeurs s’envolent pour les sommets pour une session de deux mois dans les Alpes et ce depuis 1916. Les « Roséens » font ainsi beaucoup de sport: ski, hockey. L’équipe de hockey sur glace du Rosey a même été trois championne de Suisse dans les années 1920.

Deux élèves par chambre dans un dortoir plutôt simple

Pas de luxe ostentatoire dans les chambres des dortoirs non-mixtes qui sont plutôt simples. D’ailleurs les élèves sont deux par chambre et changent trois fois par an de camarade de chambre avec le changement de campus l’hiver. En dernière année, certains ont droit à des chambres individuelles mais la salle de bain est tout de même commune. 

Tenue correcte exigée et argent de poche pour les élèves

Pas d’uniforme obligatoire comme dans les écoles britanniques, mais la tenue doit être correcte avec des jupe raisonnablement longues pour les filles. Pour les événements formels comme les remises de diplôme, un uniforme est néanmoins fourni aux élèves. Tailleurs et blazers sont aux armes de l’école.

A noter par ailleurs, que l’école verse de l’argent de poche aux élèves en fonction de leur âge.

Une grande bibliothèque et des conférences prestigieuses

Pour étudier, les élèves peuvent aller à la grande bibliothèque du campus qui compte des milliers d’ouvrages dans 20 langues différentes. L’Institut organise par ailleurs de nombreuses conférences sur l’économie, les sciences, la politique ou l’environnement avec notamment des invités des fameuses conférences TEDx.

Les stars comme Phil Collins viennent y pousser la chansonnette

Les élèves ont droit à de nombreuses distractions pour leurs soirées comme des concerts de variété. En 2016, le chanteur Phil Collins y est même venu donner un concert.

Un prof pour moins de quatre élèves

L’Institut Le Rosey compte près de 150 enseignants au total, soit un pour moins de quatre élèves. Il n’y a jamais plus de 10 élèves par classe et les professeurs côtoient régulièrement leurs élèves en dehors des cours.

Des salles de classe dans des jardins

Quoi de mieux qu’un cours de biologie botanique directement au jardin? L’institut dispose de nombreuses infrastructures comme cette serre.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here