Le Temple de Coricancha (en Quechua: Quri Kancha, ‘temple doré’) est un temple Inca politique et religieux du centre géographique de la ville de Cuzco, au Pérou.

Le mot Coricancha (aussi écrit Qorikancha) est formé par l’union de deux mots quechua: »Kori / Cori » qui signifie or et kancha / cour, temple ou enceinte.

Selon les chercheurs, le nom d’origine était « Intikancha », et est lié au Dieu Inti et la couleur dorée à l’intérieur de lui, se référant au soleil.

Nous ne savons pas en quelle année exactement la construction du temple a commencé, mais on suppose qu’il date de la période des Ayamarcas.

En 1438, en prenant le pouvoir, le neuvième Inca, Pachacuteq, remodèle toute la ville et rebaptise plus tard le temple pour qu’il porte le nom actuel de ‘Qorikancha’.

Selon la conception inca, Qorikancha était le centre religieux, géographique et politique de Cusco, et était si important que Garcilaso de la Vega et Cieza de León, le décrivent comme un temple « couvert d’or »: de nombreux animaux exotiques et plantes parsemaient ses planchers et ses murs, y compris le jardin qui était en or pur massif.

Le temple, les matériaux et la technique sont très semblables à ceux du Sacsaywamán ou du Machu Picchu, si ce n’est que le style mégalithique y est peu représenté. Ici, nous voyons un style impérial avec un gréement régulier en parallélépipèdes; l’élément prédominant est la pierre andésite.

Les vestiges de Coricancha sont considérés comme une merveille de l’architecture inca.

En fait, les experts à ce jour ne savent pas comment les Incas antiques ont réussi à créer des murs aux formes si parfaites.

Les ingénieurs modernes disent que la précision de leur maçonnerie rivalisent avec celle de l’usinage de pointe moderne.

Cependant, les Incas n’étaient pas la seule civilisation ancienne à atteindre une telle compétence en matière de construction.

Si nous parcourons 10,000 kilomètres à l’autre bout du monde, à Gizeh, en Égypte, nous constatons les mêmes techniques et pratiques de construction, au temple de la Vallée des Rois, non loin du Sphinx.

Coïncidence? Je ne pense pas. On dirait que ce sont les mêmes architecte qui étaient à l’oeuvre.

Imaginez que vous vous tenez debout devant le temple du Sphinx en Egypte tout en observant les incroyables ruines de l’ancien temple. Imaginez alors que vous fermez les yeux et quand vous les réouvrez alors, vous avez été téléporté(e) au temple de Coricancha à Cusco. Les styles sont tellement semblables que si vous ne saviez pas où vous vous trouviez à ce moment précis, vous ne pouviez pas faire la différence entre les deux, en raison du fait que les styles de construction de ces deux temples sont étrangement similaires.

Les similitudes entre les deux temples relatent une histoire que la plupart d’entre nous n’ont pas entendue.

Les deux temples sont dotée de blocs incroyables qui s’emboîtent si étroitement les uns dans les autres qu’il est impossible d’y glisser une seule feuille de papier entre elles. Cependant, comme l’ont noté de nombreux chercheurs et auteurs, ce qui rend ces temples encore plus fascinants, c’est la taille des pierres utilisées lors de leur construction.

En fait, certains de ces blocs sont tellement grands que même les ingénieurs d’aujourd’hui auraient du mal à les mettre en place.

On estime que les blocs de calcaire du temple de la Vallée des Rois pèsent environ 200 tonnes chacun.

D’une certaine manière, les anciens bâtisseurs ont réussi à soulever ces pierres massives et à les placer avec une précision inégalée jusqu’à des hauteurs d’environ 40 mètres au-dessus du sol, soit la hauteur d’un bâtiment de quatre étages.

Il est intéressant de noter que cela n’ a pas été accompli uniquement sur ces deux sites. Il existe de nombreux sites similaires dans le monde entier.

Partout dans le monde, les anciennes cultures ont choisi à maintes reprises de construire des blocs semblables inspirés par une forme d’admiration et dotés d’une telle précision que les ingénieurs d’aujourd’hui sont totalement stupéfaits, et tout cela en utilisant des pierres super-massives et, ce qui est le plus important, sans l’utilisation de mortier.

Source

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Lisez « Ils ont bâti les Pyramides » de Joseph Davidovits et vous saurez comment ils ont réalisé ces prouesses.
    Toutes les preuves nécessaires et suffisantes que les pierres des 3 pyramides de Giseh ont été coulées (en pierre ré-agglomérée) et non pas taillées sont présentées .
    http://www.dailymotion.com/video/xxfyye_joseph-davidovits-les-pyramides-sont-elles-faites-en-beton-un-calcaire-reagglomere-artificiel_webcam
    http://www.dailymotion.com/video/x24hdq2_doc-les-pyramides-pierre-ou-beton_school

  2. Splendide ! Il suffit d’un lien inepte vers Dailymotion pour saisir la méthode de construction des pyramides ? Si j’avais su … 22 ans d’études vaines alors qu’il suffisait qu’un idiot m’éclaire ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here