D'une beauté tragique, l'ossuaire de Sedlec est orné d'os humains blanchis et sculptés.

D’apparence plutôt ordinaire, l’église gothique de Sedlec, située à proximité de la ville de Kutná Hora au charme suranné, en République tchèque, abrite un sous-sol effrayant. Les os de milliers de personnes, blanchis puis minutieusement sculptés, recouvrent désormais à la manière d’œuvres d’art chaque parcelle du sous-sol.

L’histoire raconte qu’au 13e siècle, un abbé local aurait fait un pèlerinage à Jérusalem, d’où il aurait rapporté de la terre sacrée disséminée ensuite dans le cimetière de l’église. Une fois la nouvelle ébruitée, le cimetière de Sedlec est devenu l’un des lieux d’inhumation les plus populaires de la région.

Au 14e siècle, alors que la peste dévaste l’Europe, près de 30 000 victimes sont intégrées à ces parcelles. Ce cimetière a accueilli par la suite 10 000 victimes des croisades, sans compter d’autres sépultures au fil du temps.

Lorsque la population entreprend la construction de l’église gothique au 15e siècle, de nombreux os sont déplacés et empilés en pyramides au sein de l’ossuaire situé en dessous du nouvel édifice. Tout demeure intact jusqu’en 1870, date à laquelle l’église fait appel à un sculpteur local du nom de Francis Rint afin de rendre leur beauté à ces impressionnants tas d’os.

Le blason authentique remercie la famille du mécène ayant rémunéré Francis Rint.

Il y est parvenu avec brio. Après avoir blanchi et sculpté les ossements, il les a utilisés afin de décorer le lieu sacré. Le sculpteur a confectionné des chaînes de crânes destinées à orner les entrées. Des calices et des croix ont été fabriqués à partir des hanches et des fémurs. Un blason familial aux nombreux détails, en signe de remerciements à la famille d’aristocrates ayant financé les travaux, pare un mur.

Un lustre immense constitue le point culminant de l’ossuaire de Sedlec qui, dit-on, serait composé de chaque os du corps humain. Des chandelles scintillent à travers des crânes blancs luisants qui semblent fixer les visiteurs osant s’y aventurer. Vendula Krůlová, une employée de l’église, explique qu’un spécialiste nettoie les os un à un à l’aide d’une brosse à dents.

L’ossuaire de Sedlec n’est que l’une des quelques destinations macabres que compte l’Europe. La République tchèque abrite également l’ossuaire de Brno, composé des os d’environ 50 000 personnes. La Pologne a sa chapelle des crânes Kaplica Czaszek, le Portugal sa Capela dos Ossos située à Évora, tandis que les catacombes de Paris abritent les restes de plus de six millions de personnes. L’ossuaire de Sedlec n’en est pas moins la deuxième destination la plus touristique de la République tchèque, qui voit chaque jour arriver des touristes après un trajet d’une heure en train depuis Prague.

L’effet produit par cette destination singulière ne fait aucun doute, même si, selon Vendula Krůlová, il diffère d’une personne à une autre : « C’est un lieu transcendantal, où planent de nombreuses questions. Certains peuvent y trouver la paix, d’autres un sentiment d’angoisse. Chaque personne réagit différemment, mais une chose est sûre : nous finirons tous un jour comme les personnes qui composent cet ossuaire. Memento mori. »

Source

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here