Un mulgara à queue de crête, un petit marsupial carnivore connu seulement à partir de fragments d’os fossilisés et présumé éteint depuis plus d’un siècle, a été découvert  en Australie dans le parc national Sturt, au nord-ouest de Tibooburra. 

Une équipe du projet UNSW Sydney Wild Deserts a récemment fait la découverte inattendue lors d’un récent suivi scientifique dans l’état de Nouvelle-Galles du Sud (NSW). Pour Rebecca West, scientifique de l’UNSW et écologiste des déserts sauvages, le fait de retrouver ce petit marsupial est une excellente nouvelle dans la région, lui que l’on pensait disparu. « Le mulgara à queue de crête était autrefois largement répandu dans les milieux désertiques sablonneux de l’intérieur de l’Australie, mais il a décliné en raison de la multiplication des lapins, des chats et des renards dans la région », explique-t-elle.

Difficile de suivre l’animal tant il se fait discret. Le désert australien abrite en effet des créatures étonnantes. Parce qu’il fait très chaud, beaucoup sont nocturnes, et ont évolué pour compter le moins possible sur l’eau. Les mulgaras, eux, vivent dans de vastes réseaux de terriers sous les dunes de sable, émergeant la nuit pour chasser leurs proies, dont ils tirent directement leurs besoins en eau. C’est pourquoi plus il y a de prédateurs, moins il y a de proies disponibles, et donc moins d’eau pour les marsupiaux. Le petit animal qui ne pèse que 150 grammes environ, arborant une fourrure blond pâle et une queue épaisse avec une crête noire distinctive, était pourtant encore bel et bien là.

Une découverte encourageante donc, qui s’insère directement dans la ligne du projet visant à réintroduire des espèces localement disparues dans le parc national. Malheureusement pour ce faire, il faudra éradiquer renards, chats et lapins avant que les mammifères disparus localement soient réintroduits. L’élimination des lapins augmentera la couverture végétale, celle des chats sauvages et des renards non indigènes éliminera un prédateur non naturel, qui cause depuis de nombreuses années des ravages dans les populations animales indigènes australiennes.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here