Grâce à la sonde spatiale Mars Express de l’Agence Spatiale Européenne, nous avons l’occasion d’observer la planète rouge depuis un point de vue unique, de son équateur jusqu’à son pôle Nord.

Le 19 juin 2017, la sonde Mars Express de l’Agence Spatiale Européenne survolait la planète Mars du nord au sud. Pour calibrer la High Resolution Stereo Camera (HRSC), qui équipe la sonde, c’est toute une étendue de la planète rouge qui a été capturée, avec son équateur en haut de l’image et son pôle Nord, en bas.

« La calotte polaire nord était composée de glace d’eau et de poussière au moment de l’image, au début du printemps. La glace de dioxyde de carbone présente en hiver s’était déjà évaporée de la forme solide en gaz. De même, la glace d’eau s’évapore aussi, injectant une grande quantité d’eau dans l’atmosphère qui circule au sud par le biais des mouvements atmosphériques. Lorsque les saisons changent, le gel de dioxyde de carbone et la glace d’eau se reconstituent », expliquent les scientifiques de la mission Mars Express.

Un vaste volcan bouclier, appelé Alba Mons, occupe le devant de la scène dans la moitié supérieure de l’image. « L’Alba Mons se trouve au bord du renflement de Tharsis et un certain nombre de traits linéaires parallèles peuvent être vus autour, leur formation est liée aux contraintes tectoniques du renflement de Tharsis. Alors que cette région se gonflait de magma dans le premier milliard d’années de l’histoire de la planète, la croûte s’est étirée. Plus tard, lorsque les chambres magmatiques souterraines ont été déchargées, la subsidence de la croûte a également généré des fractures », poursuivent les scientifiques.

Au sud, donc en haut de l’image, on peut apercevoir dans la région de Tharsis certains des plus grands volcans de la planète. Cette région a une superficie qui est plus grande que l’Europe, et certains de ses volcans atteignant une hauteur de 10 à 22 km.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here