Le photographe Lennart Nilsson a passé 10 ans de sa vie à documenter la croissance de l’embryon humain, de la conception à la naissance. Le monde a entendu parler de Nilsson pour la première fois en 1995 lorsque le magazine LIFE a publié 16 pages de ses photos d’embryons humains.

Nilsson a pris la majorité de ses photos à l’aide d’un cystoscope – un instrument médical utilisé pour examiner l’intérieur de la vessie. En attachant un capteur optique ainsi qu’une minuscule lumière à l’instrument, il a réussi à saisir des milliers de photos de l’embryon dans l’utérus de sa mère.

Le photographe a produit quelque chose d’extraordinaire : pour la première fois, les gens ont pu observer les premières étapes de conception et de croissance de l’embryon humain.

Lennart Nilsson est décédé le 28 janvier 2017 à l’âge de 94 ans.

Le sperme se déplace dans le tube utérin vers un ovule.

Un moment que nous avons tous vécu : le sperme rencontre l’ovule.

Quelques semaines après la fertilisation de l’ovule par le sperme, l’embryon se fixe à la paroi de l’utérus.

18e jour de l’évolution du fœtus. Le cœur commence à battre.

22e jour du processus de développement. La matière grise deviendra le cerveau.

À cinq semaines, le fœtus mesure environ 9 millimètres. La bouche, les narines et les yeux commencent à se former.

À huit semaines, nous avons un extraterrestre ?

À dix semaines, la curiosité humaine commence déjà à se manifester alors que le bébé utilise ses mains pour étudier l’environnement étrange qui l’entoure.

À 18 semaines, le bébé peut maintenant entendre les sons provenant du monde extérieur.

À 36 semaines, il ne reste qu’un seul mois avant la naissance du bébé.

Lennart Nilsson (24 août 1922 – 28 janvier 2017)

Source

3 Commentaires

  1. Et maintenant, ça change quoi d’avoir traqué en macro le « comment se fabrique un humain » ? A rien, à part permettre à des idéologues en mal de bonne conscience de s’adresser à des pro avortements… Faut-il lui rappeler que l’avortement a toujours été pratiqué de tout temps et à toutes les époques ? Les femmes ont toujours su utiliser des plantes abortives selon les circonstances. La sensiblerie, très pratiquée à notre époque de pleureuses, occupe les esprits en mal de cause…
    7 milliards d’humains qui ne savent même plus où ils habitent ni qui ils sont, pour sûr, y’a qu’à continuer à en faire naître toujours plus…

  2. @Sev
    Certes, mais ce n’était pas une partie de plaisir pour la femme, aujourd’hui on le banalise, est c’est bien la LE CRIME ! Je te signale que les anti-IVG tolèrent les avortements dans deux cas, suite à des viols, et/ou à des malformations congénitales graves. Paradoxalement, certaines femmes se gardent bien d’avorter pour bénéficier des aides sociales, il ne faut pas à elles, leur parler d’IVG !
    L’avortement oui doit être évitée avec tous moyens contraceptifs, et dans tous les cas possibles, la responsabilité est d’assumer d’être enceinte .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here