La grotte des manuscrits de la mer Morte, le mur de pierre en Arabie Saoudite et la Vallée des Rois n’ont pas livré tous leurs secrets. En attendant les prochaines révélations, on fait le point sur ces trois fabuleuses découvertes archéologiques.

La grotte des manuscrits de la mer Morte

Fragment de rouleau vierge d’écriture, retrouvé dans la grotte, récemment découverte sur le site de Qumrân, dans le désert de Judée. (Photo : Casey L. Olson et Oren Gutfeld / Université hébraïque de Jérusalem)

Plus de soixante ans après les premières fouilles sur le site de Qumrân (Cisjordanie), les archéologues de l’Université hébraïque de Jérusalem ont découvert, en février 2017, une nouvelle grotte. Elle aurait abrité des manuscrits de la mer Morte. Datant du IIIe avant J-C au Ier après J-C, ces manuscrits sont un ensemble de parchemins ou de papyrus, écrits en hébreu, en araméen et en grec, déterrés entre 1947 et 1956. Ils constituent les plus anciens manuscrits connus de la Bible hébraïque.

Malheureusement, cette caverne a été pillée dans les années 1950, comme l’attestent les deux pioches abandonnées sur place. Tout a été volé, sauf le fragment d’un parchemin. Ce dernier semble vierge mais sera soumis à des analyses approfondies.

« Jusqu’à présent, il était estimé que les manuscrits de la mer Morte ne se trouvaient que dans onze grottes à Qumrân, mais avec cette découverte, il est certain qu’il s’agit ici d’une douzième caverne », a déclaré l’archéologue américain Randall Price. Actuellement, une équipe de professionnels continue de fouiller la zone. Il ne serait pas surprenant qu’ils découvrent, en 2018, une 13e grotte dans le désert de Judée.

Les murs de pierre en Arabie Saoudite

Les scientifiques s’interrogent sur l’utilité de ces constructions mystérieuses en pierre, datant de plusieurs milliers d’années. (Photo : CNES Airbus / Google Earth)

En octobre 2017, c’est un immense mur de pierre qui a été repéré au milieu du champ volcanique d’Harrat Khaybar (Arabie Saoudite). Grâce à l’imagerie satellite, David Kennedy, archéologue de l’Université d’Australie Occidentale, a pu confirmer qu’il s’agissait en fait de groupes de murs en pierre, en forme de rectangles.

La taille des constructions varie entre 13 et 518 mètres de long. Un groupe de Saoudiens, membre de l’association Desert Team a établi sur place une cartographie. Près de 6 000 images aériennes et une grande quantité de données sont en cours d’analyse. Si les experts peuvent dire que certaines pierres datent de plus de 7 000 ans, ils ne sont, pour le moment, pas en mesure d’expliquer le but de cette construction.

La Vallée des Rois en Égypte

En mai 2017, l’égyptologue égyptien Zahi Hawass et son équipe ont identifié une nouvelle zone près de la tombe du pharaon Ay (1327-1323 avant J-C). La Vallée des Rois est divisée en deux parties : une vallée principale et une plus petite vallée. La première compte soixante tombes, dont celle de Toutânkhamon. Tandis que la seconde, située à l’ouest a été pour le moment très peu explorée.

Une lecture radar montre dans la vallée principale, la présence d’une tombe, non loin de celle du pharaon Ay. Est-ce celle d’Ankhesenamon, femme de Toutânkhamon, qui aurait par la suite épousé Ay ? Le chercheur le suppose. Mais pour le moment rien ne l’atteste.

La reine n’ayant pas de sépulture connue, il y a de quoi alimenter les fantasmes. En 2006, déjà, les scientifiques avaient trouvé plusieurs cercueils, du matériel d’embaumement, et un fragment de sceau indiquant « pa-aton », le nom de naissance d’Ankhesenamon étant Ankhesenpaaton… Les égyptologues avaient un moment cru tenir sa sépulture, avant d’admettre que non. Compte tenu de toute cette activité, il est tout à fait possible qu’on entende parler de cette histoire durant l’année à venir.

La cavité dans la grande pyramide

Les chercheurs ont trouvé un vide dans la Grande Pyramide de Gizeh en utilisant des muons. L’équipe a déjà découvert un vide plus petit, semblable à un passage, sur la face nord de la pyramide. Institut ScanPyramide/HIP

Les scientifiques qui ont utilisé la technologie de balayage basée sur les rayons cosmiques ont détecté une grande « cavité » mystérieuse à l’intérieur de la Grande Pyramide de Gizeh.

L’espace mystérieux, long de 20 mètres, est situé juste au-dessus de la Grande Galerie, et c’est la première grande structure découverte depuis le 19ème siècle à l’intérieur de la pyramide, dont on pense qu’elle date d’environ 4500 ans.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here