Tandis que des objets de cette sépulture d’une responsable égyptienne avaient déjà été retrouvés au début du XXe siècle, la tombe en elle-même n’a été découverte que récemment, non loin des pyramides de Gizeh.

La tombe d’une prêtresse haut placé de l’époque de la Ve dynastie (2500 à 2300 av. J.-C.) a été découverte par des archéologues égyptiens non loin des pyramides de Gizeh, près du Caire, a annoncé lors d’une conférence de presse Khaled Al-Anani, ministre des Antiquités du pays.

À l’intérieur du tombeau, on trouve des fresques colorées. Uniques en leur genre, elles représentent des scènes de la vie quotidienne de l’antiquité: la cueillette des fruits, la chasse, la pêche. La momie ou des objets de valeur n’ont jamais été retrouvés, les spécialistes n’excluent pas que la tombe puisse avoir été pillée dans l’antiquité. Ils basent leur théorie sur le fait qu’une partie des objets portant le cartouche approprié avaient été mis au jour au début du XXe siècle dans un autre endroit. Actuellement, ces effets sont conservés à Berlin, en Allemagne.

Cette nouvelle trouvaille a été faite dans une zone où se trouvent plusieurs autres tombes de hauts responsables égyptiens de la Ve dynastie.

Le style architectural de la tombe, ses décorations, ses peintures murales colorées ainsi que son entrée menant à une pièce en forme de L avec un bassin sont propres à cette époque, selon le ministère.

« Hetpet est représentée sur des peintures murales très bien conservées en train de pêcher et de chasser », d’après le ministère.

Sur les parois figurent aussi des scènes de performances musicales, de danse mais également deux singes, animaux domestiques à cette époque, dont l’un danse devant un orchestre.

« Ce type de scènes est rare (…) Elles ont seulement été trouvées dans une tombe (datant de l’Ancien Empire) où une peinture montrait un singe danser devant un guitariste et non devant un orchestre », a précisé M. Waziri.

Tombe d’une prêtresse de l’ancien empire dévoilée le 3 février 2018 au sud du Caire / AFP

Il a indiqué que les fouilles allaient se poursuivre dans cette zone, avec l’espoir de nouvelles découvertes.

L’Egypte a ces deux dernières années donné son feu vert à plusieurs projets archéologiques dans l’espoir de trouver de nouveaux trésors, au moment où le secteur touristique, un des piliers de l’économie, peine à véritablement décoller, en raison de l’instabilité sécuritaire et politique du pays.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here