Nigel, un fou austral, a vécu seul sur une île durant cinq ans au milieu de 80 statues en béton reproduisant ses congénères. Surnommé « l’oiseau le plus seul du monde », il a été retrouvé mort au début de cette année.

L’oiseau est devenu célèbre notamment en raison de son choix d’élire domicile sur l’île de Mana, en Nouvelle-Zélande. Aucun congénère n’y vivait, ce qui lui a valu le surnom « d’oiseau le plus seul du monde ». Enfin aucun congénère vivant, puisqu’une colonie de 80 statues en pierre de Fous de Bassan y avait été installée par les défenseurs de l’environnement, ce pour attirer d’autres oiseaux de cette espèce.

« Nigel a choisi de vivre sur Mana, et nous savons qu’il y était heureux car il aurait pu partir à n’importe quel moment et il ne l’a pas fait », a raconté mercredi Chris Bell, un membre des services de l’environnement. « C’était un comportement étrange de la part d’un fou, mais tous les groupes ont leurs éléments individuels ».

L’une des statues avait semble-t-il les faveurs de Nigel, ce dernier ayant été observé plusieurs fois aperçu en train de nicher avec elle et même de tenter des accouplements. Il tentait aussi parfois d’entrer en communication avec cette statue et lui apportait des brindilles, dans l’espoir vain de construire un nid… C’est au pied de celle-ci que Nigel a été retrouvé inanimé par Chris Bell. Une mort dont la cause doit encore être confirmée par l’autopsie, mais qui est visiblement survenue en raison des effets de l’âge.

La fausse colonie d’oiseaux commençait justement à produire les effets escomptés, puisque quelques spécimens de fous ont été observés survolant l’île de Mana dans le courant du mois de décembre. Peut-être que Nigel ne sera finalement pas le dernier de son espèce à établir domicile sur cette île de Nouvelle-Zélande.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here