Il fallait des mois pour écrire un livre au Moyen Age. La plupart des manuscrits médiévaux, enluminés ou non, étaient écrits sur du parchemin. Le papier n’était pas disponible en Europe avant 1450. Une des tâches les plus délicates consistait à effacer une erreur. Si vous avez fait une erreur, vous deviez gratter l’encre de la page avec un couteau tranchant. C’était une tâche laborieuse car les parchemins pouvaient être facilement abîmés.

Les archéologues ont découvert un couteau médiéval que les scribes utilisaient comme une gomme à effacer. Le couteau a été trouvé dans le château de Pasym, dans le quartier de Szczecin, en Pologne.

Le Château de Pasym.

Selon les archéologues de l’Université de Varsovie, il s’agit d’un objet vraiment unique et rien de semblable n’ a jamais été trouvé en Pologne.

La recherche d’artefacts similaires nous a menés aux îles britanniques, où les couteaux de cette époque sont assez courants. Les objets qui y ont été découverts, ainsi qu’en Frise et en Norvège, sont similaires à notre découverte « , a déclaré le Dr Slawomir Wadyl de l’Institut d’archéologie de l’Université de Varsovie.

La longueur du couteau est inférieure à 10 cm. Ce qui distingue le couteau des autres objets de ce type, c’est la présence de deux lames – une lame plus longue (mesurant 42 mm) et une lame plus courte (mesurant 27 mm), qui peuvent être utilisées de façon interchangeable. En se basant sur d’autres objets trouvés à proximité, les archéologues estiment que le couteau provient du VIIIe-IXe siècle.

Ce type de couteau a été utilisé par les scribes dans leur travail. Deux lames de précision différentes pouvaient être utilisées pour créer des manuscrits – de tels outils font partie des instruments fréquemment représentés dans les images de scribes que l’on trouve sur les miniatures de l’époque.

Ce couteau médiéval a été utilisé comme une gomme à effacer

Il semble qu’ils aient été utilisés à l’origine par des scribes, mais avec le temps ils ont probablement été adaptés par d’autres métiers qui exigeaient de la précision, la possibilité offerte par des couteaux à deux lames différentes était extrêmement désirable. Ainsi, ils pourraient être utilisés pour la transformation du cuir, du bois ou des os  » dit l’archéologue. On a trouvé des traces de transformation du bois dans le bâtiment où le couteau a été découvert.

Représentation médiévale d’un scribe tenant une plume d’oie et un couteau, originaire de Cantorbéry, en Angleterre.

Selon Wadyl, il est difficile de dire si le couteau a été apporté de Scandinavie ou des îles britanniques, mais le concept de sa création indique clairement cette origine.

Des archéologues biélorusses et estoniens ont découvert des spécimens différents de ces couteaux mais ils sont plusieurs centaines d’années plus jeunes que celui de Pasym.

Source

2 Commentaires

  1. Dans ce que l’on appelait autrefois le « dessin industriel » qui se pratiquait sur une feuille de papier à dessin, avec des tire-lignes ou des « rotrings » (marque déposé) et de l’encre, le seul moyen pour réparer une erreur était d’utiliser une lame de rasoir tenue entre le pouce et l’index et de gratter délicatement l’encre en trop après l’avoir laissé sécher. Ensuite il fallait frotter la zone traité avec le dessus de l’ongle ou avec quelque chose de dur et lisse pour relisser le papier et pouvoir redessiner sans faire de bavure. Rien d’extraordinaire à ce que les scribes du moyen-âge aient fait de même.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here