Une sulfureuse odeur de pétrole plane sur cette histoire. Bermeja, une île du golfe du Mexique appartenant à l’État mexicain, était située dans une zone très convoitée par les Américains, en raison d’un fabuleux gisement pétrolier. Mais depuis 1997, l’île a disparu…

Une île peut-elle réellement disparaître des cartes ? Depuis 1997, la disparition de l’île mexicaine de Bermeja est un mystère. Située dans le golfe du Mexique à 200 km au large de la côte nord-ouest de la péninsule du Yucátan (Mexique), elle aurait été découverte par des navigateurs portugais au XVIe siècle. Des cartographes l’ont représentée. Et elle servait même de « frontière » maritime entre le Mexique et les États-Unis.

Mais lorsque les compagnies pétrolières américaines ont découvert, dans les années 1990, dans les profondeurs, l’un des gisements de pétrole les plus importants du monde, bizarrement, l’île a cessé d’exister…

Une zone riche en pétrole

L’île de Bermeja est décrite comme un récif corallien, appartenant au Mexique depuis le XVIe siècle. Un récif dangereux, connu des navigateurs qui ont toujours craint, depuis des siècles s’y échouer et d’y briser la coque de leur navire, comme le rapporte en 2008 dans un article la radio francophone RFI.

Fabio Barbosa Cano, de l’Institut de recherche économique de l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM), a expliqué dans plusieurs articles l’importance de cette île pour délimiter la frontière maritime entre le Mexique et les États-Unis. Cela permet en effet de déterminer la part pétrolière qui revient à chaque pays…

Le potentiel pétrolier du site est estimé à 22 milliards de barils de pétrole brut… Mais en 1997, l’île de Bermeja disparaît. Le gouvernement mexicain envoie alors la Marine pour vérifier l’existence de cette île. Les chercheurs ne trouvent rien.

Avec la disparition de l’île, la frontière est redessinée et les États-Unis récupèrent 60 % de la zone pétrolifère, après un accord en 2000 entre les présidents Ernesto Zedillo et Bill Clinton. Selon le Centre de recherche de la mondialisation, plusieurs cartes maritimes, établies dans le passé par la CIA et mentionnant l’existence de l’île de Bermeja, ainsi que des archives, ont disparu ou ont été trafiquées…

Quelques mois après la signature de l’accord Zedillo-Clinton, José Angel Conchello, alors président de la Commission des relations extérieures du Sénat au Mexique réclame des explications, d’autant que l’entreprise américaine Reading and Bates fore déjà dans cette zone. Le sénateur trouvera malheureusement la mort dans un accident automobile jamais élucidé, rapporte Le Figaro.

Séisme ou explosion ?

Beaucoup de spéculations circulent encore aujourd’hui. Les géographes expliquent que de petites îles peuvent parfois disparaître. Ils pensent que la disparition de l’île est due à un effondrement du plateau continental. Mais, problème, aucun appareil n’a enregistré la moindre secousse sismique pendant la période concernée dans cette région.

En revanche, des sénateurs mexicains pensent que les Américains ont fait exploser l’île… Une opération qui serait rentable pour les Américains, estiment certains, comme le rapporte le site d’information The Earth Chronicles of Life : l’île de Bermeja n’existant pas, les champs de pétrole et de gaz du Golfe du Mexique n’appartiennent donc plus au Mexique, mais aux États-Unis. En attendant, le mystère de la disparition de l’île de Bermeja reste entier…

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here