Elle doit avoir près de 2 500 ans. Une momie égyptienne repose depuis trente ans dans un caveau du cimetière de Fougères. Cette curieuse antiquité, qui avait déjà fait l’objet d’une enquête réalisée par des élèves de CM2 de Fougères et Vitré en 1986, a récemment attiré l’attention de Thomas Bruneau, un Fougerais membre de la Société française d’égyptologie.

Après l’avoir découverte sur une carte postale ancienne, il a monté un groupe d’enquête afin de retracer l’histoire de cette momie.

C’est grâce à cette carte postale ancienne que Thomas Bruneau a eu vent de l’existence de la momie de Fougères et a décidé d’enquêter à son sujet. (Carte postale : Office de tourisme de Fougères)

« Il y a quelques années de cela, les momies ne représentaient que peu d’intérêt artistique et scientifique. Mais aujourd’hui, grâce au développement de nouvelles technologies, nous espérons en apprendre plus sur la momie de Fougères », avance ce passionné d’Égypte antique.

Dans quelques semaines, la momie va en effet se prêter à une expérience peu commune : passer un scanner au centre hospitalier de Fougères. « On espère notamment découvrir sous les bandelettes des amulettes qui nous permettraient de dater la momie, de connaître son origine et de savoir s’il s’agit d’un corps de femme ou d’homme », avance Thomas Bruneau. Un test complémentaire au carbone 14, réalisé à la même occasion, pourrait même permettre de déterminer l’âge de la momie à trente ans près.

Un souvenir de voyage

À ce stade, le groupe formé par Thomas Bruneau ne dispose que de peu d’informations concernant la momie. Ils savent qu’elle a été ramenée d’Égypte à la fin du XIXe siècle par un notable fougerais, Eugène Filâtre de Longchamps, au terme d’un séjour à Alexandrie où il occupait le poste de vice-président du tribunal mixte.

« À l’époque, on emportait avec soi les momies comme on ramène aujourd’hui un souvenir de vacances, contextualise Thomas Bruneau. On était en plein orientalisme. C’était de bon ton d’exposer des objets égyptiens dans son cabinet de curiosités et même d’organiser des soirées au cours desquels les invités débandelettaient la momie. »

Eugène Filâtre de Longchamps a fait don de cette pièce à la Ville en 1903. « Il était très attaché à Fougères. C’est d’ailleurs ici qu’il est enterré avec toute sa famille », rappelle Jean Hérisset, le responsable des Archives municipales.

D’abord exposée dans le musée du château de Fougères, la momie a ensuite été entreposée dans le grenier de l’Hôtel de Ville. « Nous avons ensuite demandé au maire de lui accorder un lieu de sépulture plus digne et nous avons opté pour un caveau », se souvient Jean Hérisset.

Le magistrat fougerais avait également rapporté de son périple égyptien un sarcophage, confié à la commune de Vitré en 1950. Le groupe d’enquête cherche aujourd’hui à savoir s’il existe un lien entre la momie fougeraise et le sarcophage. D’après une étude de l’égyptologue Marie-Christine Budischovsky, ce dernier proviendrait de la nécropole d’Akhmim, l’une des plus vastes d’Égypte, et daterait du IIIe siècle ou IIe siècle avant J.-C. A-t-elle pu servir de cercueil à la momie de Fougères ?

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here