La région des Balkans abrite les dernières rivières sauvages de notre continent. En revanche, de nombreux projets hydroélectriques en menacent l’intégrité, ce que dénonce un documentaire qui sera diffusé au cinéma le mois prochain à Paris.

Il faut s’y résoudre, presque la totalité des cours d’eau européens ont subi des modifications de la part des humains, que ce soit pour l’irrigation ou la production d’électricité. Or ces aménagements mettent en péril la biodiversité présente autour de ces derniers. Il demeure pourtant quelques rivières sauvages, celles-ci se trouvant dans les Balkans – notamment en Slovénie et en Albanie.

Cette zone surnommée le « Cœur bleu de l’Europe » est menacée par près de 3000 projets de barrages hydroélectriques, et des ONG telles que RiverWatch et EuroNatur estiment que l’avenir d’innombrables rivières, affluents et criques sont en danger. Par exemple, la Vjosa coulant en Albanie et en Grèce, plus long cours d’eau sauvage d’Europe (272 km), pourrait malheureusement disparaître. Citons également la disparition possible du saumon du Danube, ou encore du lynx des Balkans, sans compter le déplacement de populations humaines locales.

Rivière Tara

Le documentaire Blue Heart produit par la marque Patagonia en collaboration avec des ONG européennes sera diffusé le mardi 15 mai 2018 à 20 h au MK2, Quai de Loire à Paris. Ce film est une composante de la campagne Save The Blue Heart dont le but est d’inviter les citoyens à signer la pétition pour remédier à cette situation.

Cependant, les projets hydroélectriques ont déjà été scellés par les banques internationales, et de nombreux prêts ont été accordés aux promoteurs. Des éléments qui compliquent la tâche des défenseurs du Cœur bleu de l’Europe, bien que l’espoir soit permis !

«Si l’on pense aux Balkans, on pense à des vacances à la mer Méditerranée ou à des guerres passées, mais certainement pas à de magnifiques rivières. En effet, le cœur bleu de l’Europe bat sur la péninsule balkanique : c’est là que l’on peut encore trouver les rivières les plus sauvages et les plus belles du continent. Et presque personne ne le sait », peut-on lire sur la page officielle de la campagne.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here