Vous hésitiez entre mer et montagne pour vos prochaines vacances ? Il y aura désormais aussi l’espace, à condition d’avoir les moyens. La société américaine Orion Span vient de dévoiler Aurora, son projet d’hôtel spatial de luxe, avec des séjours de 12 jours proposés à… 9,5 millions de dollars !

« Loue suite privée, avec vue sur la Terre entière. Possibilité de voir 16 levers et couchers de soleil par jour pendant douze jours, en orbite à plus de 300 km du sol. Disponible à partir de 2022. » Intéressé par cette annonce improbable ? Elle pourrait bientôt devenir réalité : les pré-réservations à la future station Aurora sont déjà disponibles en ligne, via le site d’Orion Span.

L’annonce du PDG de la start-up texane, Frank Bunger, a fait du bruit, lors du dernier Space Summit 2.0 de San José, en Californie : son hôtel de luxe de l’espace est prévu pour accueillir ses premiers voyageurs dès 2022.

Suites privatives et aurores boréales

Imaginée par d’anciens ingénieurs de la Nasa et autres « vétérans de l’industrie spatiale », la station Aurora pourrait accueillir jusqu’à six personnes, dont deux membres d’équipage, en orbite à 322 kilomètres de la Terre : « Assez près pour avoir du détail et photographier votre ville d’origine, assez loin pour avoir un aperçu de la Terre », estime la société sur son site internet. Avant de monter à bord, les voyageurs devront suivre un programme d’entraînement de trois mois, au sol, et obtenir leur certificat d’astronaute.

La station propose des suites pour deux personnes, pour goûter aux joies de l’impesanteur. (Illustration : Orion Span)

Et une fois dans l’espace ? La station propose sa suite privative pour deux personnes, un peu exiguë : 13,25 mètres de long et 4,3 mètres de diamètre. Mais la vue pourrait vite faire oublier le manque « d’espace ». En orbite, Aurora fera le tour du globe en 90 minutes, soit environ seize levers et couchers de soleil par jour.

Les passagers profiteront des aurores boréales aux premières loges, auront l’occasion de s’initier à l’impesanteur, de réaliser des expériences scientifiques ou de faire pousser leurs propres plantes. De quoi rendre jaloux leurs proches restés sur la terre ferme, qu’ils pourront contacter avec un système de « tchat » vidéo avec du wifi haut débit.

80 000 dollars l’inscription

Ambitieux, le PDG Frank Bunger espère « rendre l’espace accessible à tous ». On en est encore loin, vu les prix affichés pour le lancement : 9,5 millions de dollars (7,7 millions d’euros) pour douze jours de séjour, entraînement, voyage et nourriture compris. La société propose déjà une inscription sur liste d’attente, moyennant 80 000 dollars, qui pourront être récupérés en cas de rétractation.

Certains ont déjà craqué et réservé leur place. (Photo : capture d’écran Twitter / @arturaskerelis)

Si les clients sont au rendez-vous, le PDG se voit déjà en agent immobilier de l’espace, avec des appartements à vendre : « À mesure que la station grandira, avec la demande, nous lancerons d’autres stations et les rattacherons à Aurora. » Chaque acheteur aurait donc son « pied-à-terre », « à bord duquel vous pourrez visiter l’espace, sous-louer… ou un jour y vivre ».

La lutte féroce du tourisme spatial

Un projet peu crédible ? Avant que le premier touriste de l’espace, le millionnaire américain Dennis Tito, ne s’envole à bord de la mission Soyouz TM-32, en 2001, pour son voyage de 7 jours à plus de 20 millions de dollars, le tourisme des étoiles restait une utopie. Depuis, 6 autres millionnaires ont déboursé des fortunes pour le voyage de leur vie.

La course au tourisme spatial fait rage depuis plus d’une décennie, entre les projets des milliardaires Richard Branson (Virgin Galactic et ses vols suborbitaux), Elon Musk (Space X) ou encore Jeff Bezos (Blue Origin). L’espace pourrait bientôt devenir un lieu de villégiature à la mode pour les voyageurs fortunés.

Environ 13 mètres de long et 4,30 mètres de diamètre, soit 160 mètres cubes. Certes, on manquera un peu d’espace, dans l’espace… (Illustration : Orion Span)
Au programme : 16 levers et couchers de soleil par jour ! (Illustration : Orion Span)

Source

2 Commentaires

  1. Ca va sentir bon dans cette station dont on ne peut pas ouvrir les fenêtres pour changer l’air à ce prix…
    Après avoir payé on vous dira, malheureusement vous n’avez pas obtenu les compétences, ou alors ce sera encore des acteurs qui font croire qu’ils sont des client et qu’ils sont allé dans un endroit d’où on ne voit jamais les ateliers, outils et assemblage dans aucun film… Très étrange !

    Même il y a 100 ans on voit photos du montage du Titanic mais pas les stations spatiales ?!
    Des photos du montage de la station ou mieux un film montrant son assemblage, ah non pas de film ? Comme les bandes originales de « on a pas marché sur la lune » qui elles aussi ont disparu…

    • Il ne faut pas oublier une tactique bien connue en informatique qui s’appelle le vaporware, on annonce qu’on travaille sur une nouveauté qui ne va pas tarder à sortir alors qu’on vient seulement d’y songer la veille…. ou bien on prétend que les concurrents (qui sont en avance) auraient été largement dépassés… Ca fait partie de la com et du secret des affaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here