Dix mille tortues étoilées de Madagascar, une espèce en voie de disparition, ont été saisies il y a quelques jours dans une maison à Tuléar, une ville située au sud-ouest de l’île. Les tortues étaient entassées au milieu de leur urine et leurs excréments.

Dans une maison à deux étages étaient empilées 9 888 tortues (Astrochelys radiata) en danger critique d’extinction. Il y en avait dans toutes les pièces de la maison : « la salle de bains, la cuisine, partout. C’était horrible », explique Soary Randrianjafizanaka, responsable régionale de l’Agence malgache pour l’environnement. 180 autres étaient déjà décédées au moment de la découverte - en témoignait l’odeur des excréments et de l’urine émanant de la maison. Trois personnes ont été arrêtées, et deux d’entre elles ont été surprises par la police en train d’enterrer des tortues mortes dans le jardin.

Six camions ont été nécessaires pour transférer toutes les tortues dans un centre de secours. Les reptiles y ont été soignés, mais une semaine plus tard 574 d’entre eux étaient néanmoins décédés à cause de la déshydratation. Les tortues qui ont survécu resteront captives afin de les préserver du braconnage.

Les tortues rayonnées sont aujourd’hui encore des cibles précieuses pour les braconniers et les contrebandiers, qui les collectent pour le commerce des animaux domestiques et leurs foies, qui sont utilisés en médecine chinoise. Le recul des forêts a également un impact sur les populations. En 2013, on estimait qu’il restait environ six millions de ces tortues, soit deux fois moins que dans les années 1990. Aujourd’hui, la population est probablement plus proche des 3 millions.

Également, le système politique de Madagascar et les difficultés économiques récentes ont malheureusement placé les efforts de protection de l’environnement en bas de l’échelle des priorités, ce qui n’arrange rien. Ces dernières années, les saisies de tortues étoilées – ainsi que de tortues à soc, également originaires de Madagascar et encore plus rares – sont devenues monnaie courante.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here