C’est officiel : sur Uranus, ça ne sent pas la rose. Souvent l’objet de blagues infantiles pour son nom qui se termine par -anus, il s’avère que l’atmosphère d’Uranus sent l’œuf pourri.

L’étude, publiée lundi 23 avril dans la revue Nature Astronomy, explique qu’il y a des gaz puants dans les nuages d’Uranus. Les scientifiques avaient précédemment établi, par déduction, que l’atmosphère de la planète contenait de l’ammoniac et de l’hydrogène sulfuré, en raison de l’absence d’une certaine longueur d’onde de la lumière, mais cela n’a pas encore pu être directement observé. À l’aide d’un télescope long de près de 8 mètres, situé à l’observatoire Gemini d’Hawaï, l’équipe menée par le professeur Patrick Irwin de l’université d’Oxford a étudié la réfraction du soleil des nuages d’Uranus. C’est ainsi qu’ils ont découvert le sulfure d’hydrogène. 

« Si un malheureux humain venait à descendre un jour à travers les nuages dUranus, il serait confronté à des conditions très désagréables et odorantes », a expliqué Patrick Irwin à Space.com, « [mais] la suffocation et l’exposition [à ces gaz] lui donneraient son compte bien avant [qu’il sente] l’odeur. »

Cette odeur veut dire quelque chose

Savoir que des odeurs de flatulences sont partout sur Uranus est peut-être drôle en soi, mais la composition de sa haute atmosphère nous éclaire aussi sur l’histoire de la formation du système solaire. Contrairement à Uranus, une géante de glace, les scientifiques n’ont pas détecté de sulfure d’hydrogène dans les géantes gazeuses Jupiter et Saturne, qui contiennent surtout de l’ammoniac. Quant à Neptune, autre géante de glace, elle contient probablement des nuages de composition similaire à ceux d’Uranus. Ceci indique qu’Uranus et Neptune se sont formées beaucoup plus loin du Soleil que Jupiter et Saturne.

Dans un communiqué de presse, un membre de l’équipe de recherche nommé Leigh Fletcher a noté combien les conditions devaient être différentes au moment de la formation de chacune de ces planètes. « Pendant la formation de notre système solaire, l’équilibre entre l’azote et le soufre – et donc l’ammoniac et le sulfure d’hydrogène nouvellement détectés sur Uranus – a été déterminé par la température et le lieu où la planète s’est formée », a-t-il expliqué. 

Donc savoir que ça sent le pet sur Uranus n’est pas si inutile que ça.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here