Pas facile de travailler dans la rue. Disons qu’il faut parfois composer avec le geste, rageant, d’un individu en état d’ébriété. L’histoire ? Mardi 8 mai, un artiste de rue, « venu de Bulgarie », confie-t-il, a passé sept heures à sculpter en sable un magnifique labrador. Il a choisi la rue des Minimes, au Mans pour le coucher sur le pavé.

De nombreux passants s’arrêtent, le complimentent, le photographient, lui donnent la pièce…

Jusque-là, tout va bien.

Cassée, la gueule

Vers 15 h, l’artiste talentueux met la touche finale à son œuvre impressionnante quand, soudain, un homme ivre casse littéralement la gueule du labrador.

Et patatras, le museau de l’animal s’effondre comme un château de sable.

L’artiste se lève d’un bond, fait un signe de croix et, sans éclats, regarde l’homme titubant.

Un billet de banque en guise d’excuses

S’apercevant de sa bêtise, le badaud alcoolisé sort de sa poche un billet de banque et le donne au sculpteur. Mais le mal est fait.

L’artiste tente d’humidifier la truffe du labrador, mais le postiche de sable ne tient pas. Il est embêté. Et le public l’est pour lui. Même si tout le monde sait que c’est une œuvre éphémère.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here