Des architectes italiens ont pensé une cité flottante, un concept basé sur les pyramides mayas ainsi que les temples japonais. Ce type de ville autonome sur l’eau est prévu pour dans quelques années seulement !

En 2016, nous évoquions les 7 projets de cités flottantes les plus intéressants. Certains n’aboutiront sûrement pas, d’autres resteront à l’état de concept sans même être développés tandis que le reste d’entre eux, on l’espère, sera finalisé. En ce qui concerne la cité flottante baptisée Waya pensée par le cabinet d’architecture Lazzarini, celle-ci n’est pas prévue pour rester dans les cartons !

Pierpaolo Lazzarini a déclaré à Dezeen que la cité Waya, composée de pyramides flottantes, a été inspirée par l’architecture Maya et des temples japonais. Par ailleurs, la ville se voulant autonome, tout sera fait en conséquence. Ainsi, les pyramides auront des vocations différentes : résidences, hôtels, commerces, cinémas, serres de cultures, etc.

Côté énergie, les pyramides seront individuellement autonomes en électricité grâce à la présence de panneaux photovoltaïques et de turbines hydrauliques. Pour leur construction, les matériaux annoncés sont l’acier, le verre et le carbone. Par ailleurs, les architectes désirent donner la possibilité aux pyramides de pouvoir se déplacer, et c’est pour cette raison qu’il est prévu que chacune d’entre elles soient équipées de moteurs.

Différents modèles de pyramides seront disponibles pour les particuliers, dont la différence concernera principalement la taille. Le plus grand des édifices mesurera 54×54 mètres à sa base et fera une trentaine de mètres de hauteur.

Les architectes désirent affirmer leur volonté de faire aboutir leur projet, et ont déjà annoncé que la première pyramide sera construite en 2022. Cependant, il faudra tout d’abord réunir les 350 000 euros nécessaires à sa construction, et pour ce faire le cabinet Lazzarini a déjà lancé une campagne de financement participatif, proposant aux contributeurs de réserver une nuit dans la pyramide pour 1000 euros.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here