La Flat Earth Society a organisé un colloque au Royaume-Uni la semaine dernière. Plus de deux cents platistes ont fait le déplacement et certains d’entre eux ont même pris la parole pour exposer leurs brillantes théories… et s’en prendre ainsi à la théorie de la gravité et à toutes les découvertes cosmologiques liées au fameux Big Bang.

La Flat Earth Society a été fondée dans le milieu des années 50 par un Britannique du nom de Samuel Shelton.

Fondée sur les cendres fumantes de la Zetetic Society, cette organisation un peu particulière soutient l’idée de la Terre plate et elle estime ainsi que nous vivons tous sur un disque entouré d’un épais mur de glace.

La Flat Earth Society s’est réunie au Royaume-Uni

Toutefois, et contrairement à son ancêtre, la Flat Earth Society ne s’embarrasse pas le moins du monde des questions religieuses et c’est en partie ce qui lui a permis de fédérer une importante communauté autour de ses théories fumeuses.

Au plus fort de son histoire, l’organisation comptait en effet plus de trois mille cinq cents membres, tous convaincus de la platitude de notre monde.

La Flat Earth Society a cependant commencé à perdre de sa superbe dans les années 70 suite aux missions Apollo et le nombre de ses adhérents a ainsi chuté à environ deux cents. Par la suite, elle a plus ou moins disparu de la surface de la planète avant de revenir de plus belle dans les années 2000 par le biais d’un forum spécialisé.

Depuis, l’organisation a repris des couleurs et elle compte ainsi plusieurs centaines de membres, des membres se réunissant parfois lors de salons ou de colloques improvisés.

Le dernier en date a eu lieu au Royaume-Uni la semaine dernière, dans un hôtel situé à Birmingham. Deux cents personnes avaient fait le déplacement afin d’assister aux conférences de presse données par les intervenants.

Différents modèles évoqués

Le Telegraph était présent sur place et ses reporters ont ainsi eu l’occasion de faire un compte rendu assez précis de l’événement et des différentes théories exposées par les conférenciers.

David Marsh, un spécialiste auto-proclamé en cosmologie, a ainsi entamé les hostilités en dévoilant un nouveau modèle assez particulier. D’après lui, la gravité ne serait effectivement qu’un simple mythe et les forces s’exerçant sur notre monde tiendraient ainsi davantage de l’électromagnétisme.

Dave Murphy, un autre intervenant, a même été encore plus loin en présentant des preuves de la platitude de notre planète. Il a notamment cité pour exemple la flèche de Notre-Dame d’Anvers, une cathédrale située dans la ville du même nom et dont le sommet serait d’après lui visible à plus de deux cents kilomètres à la ronde.

Notre-Dame d’Anvers

En revanche, et c’est finalement le plus intéressant, tous les Flat Earthers ne voient pas notre planète de la même manière. Pour certains d’entre eux, la Terre serait ainsi un disque plat entouré par un haut mur de glace, mais d’autres penchent davantage pour la théorie du demi-dôme.

Théorie du demi-dôme

Darren Nesbit, un autre intervenant, a même été encore plus loin en exposant une théorie très originale. D’après lui, notre monde aurait en effet la firme d’un diamant soutenu par des piliers.

En revanche et aussi étrange que cela puisse paraître, la thèse du disque soutenu par des éléphants placés debout sur la carapace d’une tortue volant à travers l’espace n’a pas été évoquée.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here