Les scientifiques ont résolu le mystère expliquant pourquoi les structures côtières construites par les Romains il y a 2 000 ans sont encore debout. Le béton utilisé par les constructeurs romains dans les quais et les ports a été fabriqué de manière à devenir encore plus résistant au fil du temps.

Par comparaison, le béton moderne a tendance à se décomposer en seulement quelques décennies lorsqu’il est exposé à l’eau salée. Ces résultats pourraient avoir un rôle important à jouer, car de nombreuses communautés à travers le monde se préparent à l’élévation du niveau de la mer.

Les Romains ont créé du béton en mélangeant de la cendre volcanique, de la chaux vive et des morceaux de roche volcanique. Même s’ils ont découvert les ingrédients, les scientifiques ne connaissaient toujours pas la recette. Comment les Romains ont-ils réussi à rendre le béton si durable ? La clé se trouve dans la réaction chimique provoquée par l’ajout d’eau de mer.

Le béton romain a été conçu pour interagir avec son environnement, contrairement au béton moderne qui reste inerte et s’abîme avec le temps. L’eau de mer est la raison pour laquelle le mélange devient plus fort. Au fur et à mesure que l’eau de mer réagit avec les matériaux volcaniques, de nouveaux minéraux sont créés qui renforcent le béton.

Les chercheurs, dirigés par Marie Jackson, géologue de l’Université de l’Utah, ont examiné les structures microscopiques des échantillons de béton romains en les soumettant à de nombreux tests spectroscopiques et techniques d’imagerie. Les tests ont montré qu’une réaction rare a eu lieu qui a stimulé la croissance des cristaux de tobermorite alumineuse. D’autres travaux de géologie ont prouvé que les cristaux se sont formés lorsque l’eau de mer s’est infiltrée à travers les petites fissures du béton romain, réagissant à la phillipsite, un minéral que l’on trouve dans la roche volcanique.

Jackson a exprimé son admiration pour le génie des Romains –

« Ils ont consacré énormément de temps[ au développement] – ils étaient des gens très, très intelligents », a dit Marie Jackson.

Des structures comme le Panthéon et les marchés de Trajan à Rome ont également été construits avec ce type de béton.

L’auteur romain Pline l’Ancien, qui a écrit le célèbre traité scientifique de l’Antiquité, « Histoire naturelle », a fait l’éloge du béton romain, écrivant que « dès qu’il entre en contact avec les vagues de la mer et est submergé, il devient une masse de pierre unique, impénétrable par les vagues ».

En fait, cela s’est avéré être vrai. Jackson travaille actuellement à recréer le béton romain en utilisant l’eau de mer à San Francisco. Ce travail pourrait s’avérer utile pour construire des digues plus durables et plus solides – un fait qui prend de plus en plus d’importance. Une étude réalisée par des scientifiques européens prévoit que le coût des nouveaux renforcements côtiers atteindra 71 milliards de dollars par an au cours du XXIe siècle. Sans elles, les inondations côtières entraîneront des milliards de dollars de dégâts.

Regardez cette vidéo de l’Université de l’Utah sur la façon dont l’eau de mer renforce le béton romain :

Traduction : Le savoir perdu des anciens 
Pour nous soutenir <—

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here