Cette carte mexicaine est un plan de propriété illustrant la création de deux villes de la région de Tlaxcala, au Mexique.

Il a été créé 50 ans après la conquête des Aztèques par les Espagnols en 1521. Le document a été peint sur du papier d’écorce indigène mexicain (en Nahuatl : amatl), qui a été largement diffusé à l’époque préhispanique au Mexique. Le texte a été écrit dans la langue locale, la langue nahuatl, en utilisant un alphabet européen importé.

La carte, d’environ 75 centimètres de large et 50 centimètres de haut, a été créée dans la ville de Tlaxcala, qui était aussi le nom de la ville et de la culture précolombienne.

Le peuple de Tlaxcala s’est allié aux Espagnols pour finalement vaincre les Aztèques.

Chaque ville est représentée par sa grande église nouvellement construite – Santa Barbara Tamasolco (à gauche) et Santa Ana (à droite). Ces deux églises avec clochers sont peintes en jaune, bleu et rose et représentent les principales caractéristiques de la carte.

La carte représente également un arbre (au centre) et sous celui-ci, il y a trois personnages portant des vêtements européens.

D’autres éléments de la carte comprennent plusieurs routes, cours d’eau et maisons, dont l’un pourrait être un bâtiment hôtelier car son nom est’tecali techialoyan’ (‘le lieu où l’on rencontre des gens’).

La carte du Codex mexicain représente un symbole de collaboration (sur le plan religieux et social) entre les peuples autochtones du Mexique et les colonialistes espagnols.

Par exemple, la langue locale Nahuatl est utilisée avec l’alphabet européen, tous les noms espagnols et autochtones sont utilisés ensemble et les noms des propriétaires terriens indiquent que les colons espagnols se sont mariés avec des aristocrates autochtones de Tlaxcala.

Neil Macgregor écrit : « ….la carte montre les mariages entre colons espagnols et aristocrates indiens, preuve d’une fusion remarquable entre les deux peuples et l’émergence d’une nouvelle classe dirigeante mixte. Plus surprenant, une fusion de ce genre a eu lieu dans l’église.… »

Historiquement, on sait que les Espagnols ont justifié leur conquête du Mexique en soutenant qu’il était de leur devoir de convertir la population indigène au christianisme.

Le peuple de Tlaxcala n’a pas été conquis mais s’est battu avec les Espagnols contre les Aztèques. Ils étaient aussi censés être les premiers Indiens mexicains à être baptisés et à devenir chrétiens.

Pour nous soutenir <—

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here