Les archéologues de Corée du Sud croient avoir trouvé des preuves d’un palais Ara Gaya du 6ème siècle, une ancienne cité-état, dans la ville moderne d’Haman, dans la province de Gyeongsang en Corée du Sud.

Selon un article de l’Archeology News Network, l’Institut national de recherche sur le patrimoine culturel de Gaya a déclaré que ses archéologues « ont fouillé des remparts en terre et des clôtures en bois sur un site de la ville, qui aurait été construit au 5e ou 6e siècle ».

Les remparts massifs en terre mesuraient 40 mètres (131 pieds) de long et 8,5 mètres (27 pieds) de haut. Kang Dong-seok, chercheur à l’institut, a déclaré aux journalistes qu’ils sont « les plus grands des remparts connus de la confédération de Gaya…. suggérant que ce pourrait être un palais où vivaient les dirigeants du royaume ».

Les remparts de terre qui peuvent cacher un ancien palais.

Situé au sein d’une ancienne cité-royaume de la confédération Gaya, qui a régné entre 42 avant JC et 559 après JC, est également connu sous les noms de Ana Gaya, Asiryangguk et Alla. Quand les archéologues trouvent des super-structures, ils savent que la culture qui les a construits avait des ressources considérables et les énormes remparts ont suggéré aux archéologues de l’Institut qu’un  » pouvoir politique fort capable de mobiliser une force de travail massive  » a dû les ériger.

A l’intérieur des remparts, les archéologues ont découvert des bâtiments en ruines, des trous effondrés et deux rangées de caissons en bois rond qu’ils pensent avoir été « installés pour empêcher les approches ennemies », a déclaré l’Institut aux journalistes.

L’histoire du peuple Gaya est racontée dans le Samguk Yusa, une collection du 13ème siècle de légendes, de contes et de récits historiques relatifs aux Trois Royaumes de Corée (Goguryeo, Baekje et Sillacentury.) En 2001, le Dr Gina Barnes de l’Université de Durham a écrit Introduction de l’histoire et l’archéologie de Kaya dans lequel elle a traduit le Samguk Yusa informant que « en l’an 42 de notre ère, 6 oeufs sont descendus du ciel dont sont nés 6 garçons, qui 12 jours plus tard sont devenus les premiers rois des 6 régions de Gaya ». Le plus célèbre des 6 frères prince s’appelait Suro, communément appelé Gim Suro, le légendaire fondateur et roi de l’état de Geumgwan Gaya.

Carte de Gaya

Selon l’archéologue K.C.Sin « les 12 tribus de l’ancienne confédération Byeonhan se sont transformées en six groupes Gaya, centrés sur Geumgwan Gaya » et ont développé l’agriculture et le commerce maritime, et ils s’intéressaient aux riches gisements de minerai de fer.

Un article de l’Ancient History Encyclopedia écrit avec des membres de la British Korea Society nous dit que « les artisans de Gaya fabriquaient des couronnes en or et en argent, des épées en fonte, des armures rivetées, des casques et des pointes de flèches » qui étaient si appréciés « qu’on les exportait vers le nord-est de la Corée, la Chine et le Japon ».

Ce casque en fer illustre l’habileté des forgerons dans la confédération Gaya

Le même article informe que « des indices sur la vie religieuse des Gaya sont offerts par des artefacts retrouvés sur des tombes ». Plus de 1 000 tombes Gaya ont été identifiées à Pon Kaya, dont on a récupéré des poteries contenant des résidus d’offrandes alimentaires et des couronnes royales imitant des arbres et des cornes, ce qui suggère aux archéologues que  » le peuple avait des croyances chamanistes « .

Cependant, comme toutes les grandes civilisations aux ressources abondantes, dès le début, les états de Gaya ont été envahis à plusieurs reprises par les royaumes voisins de Silla et Baekje. Plusieurs archéologues, y compris des érudits comme Sin, ont identifié une période de transition vers la fin du IIIe siècle de Byeonhan à Gaya, ce qui se manifeste par « une activité militaire croissante et des coutumes funéraires changeantes ». L’Encyclopedia Britannica nous dit que sous le règne du roi Chinhŭng (540-576), le système militaire a été réaligné et un corps militaire unique appelé Hwarangdo a été organisé.

Cette puissante force militaire était alliée à la dynastie chinoise des Tang (618-907 ap JC). Et en 660 après JC, elle dominait l’État de Paekche, au sud-est de la Corée. Après presque une décennie de combats, le royaume de Silla a réussi à expulser les forces Tang de l’État nord-coréen de Koguryŏ et, en 668, a établi un royaume unifié dans la péninsule coréenne sous la dynastie Silla unifiée. Source

Traduction : Le savoir perdu des anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here