La majorité des plus vieux baobabs africains sont en train de mourir depuis une dizaine d’années, ont constaté des chercheurs, précisant que la cause du phénomène restait inconnue, mais évoquant le problème du réchauffement climatique.

Capables d’atteindre un âge proche de 2.000 ans, les baobabs sont l’un des principaux emblèmes des savanes où ils se dressent fièrement et sont visibles à une distance de plusieurs kilomètres. Toutefois, il s’avère que la plupart des vieux baobabs d’Afrique sont en train de mourir depuis une dizaine d’années, indiquent des chercheurs dans une étude publiée par la revue Nature Plants.

«Nous pensons que la disparition des baobabs monumentaux pourrait être associée, au moins en partie, à des modifications significatives des conditions climatiques qui affectent particulièrement l’Afrique australe», ont-ils noté.

En utilisant la datation au radiocarbone, l’équipe a établi que neuf des 13 plus vieux baobabs étaient partiellement ou totalement morts au cours des 12 dernières années. Toutefois, même s’ils citent comme éventualité le dérèglement climatique, les chercheurs ont été incapables de se fixer définitivement sur les causes du phénomène.

«D’autres recherches sont nécessaires pour soutenir ou réfuter cette supposition [celle du changement climatique, ndlr]», ont-il souligné.

La mort de la majorité des baobabs africains les plus anciens et les plus importants au cours des 12 dernières années est un événement d’une ampleur sans précédent, ont-ils encore constaté, soulignant que ces morts n’étaient pas dues à une épidémie. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here