Les restes d’une femme qui pourrait être une parente d’un pharaon ont été découverts par un groupe d’archéologues américains lors de fouilles dans la ville égyptienne de Louxor, qui se poursuivent depuis plus d’une dizaine d’années.

Les urnes funéraires récemment retrouvées par un groupe d’archéologues américains dans la ville égyptienne de Louxor, où des fouilles se poursuivent depuis plus d’une dizaine d’années, contenaient des découvertes inestimables pour les chercheurs.

Les archéologues ont ainsi trouvé des canopes, vases funéraires égyptiens dont le couvercle représente une tête, contenant des organes d’une habitante de l’Égypte antique qui, apparemment, était noble ou même parent d’un pharaon, selon le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes qui fait partie du ministère égyptien de la Culture. Les urnes se trouvaient dans le tombeau du Grand prêtre de la divinité égyptienne Amon.

Les canopes ont été tournés sur le côté, partiellement ouverts à cause de l’infiltration de l’eau, l’un s’était même brisé.

«Malgré les endommagements, les canopes contiennent beaucoup de résine. Tous les canopes ont été fabriqués dans le style de la XXVIe dynastie égyptienne, tous portant une écriture selon laquelle les urnes sont consacrées à une « dame de la maison d’Amenirdis »», explique Elena Pichshikova, chef de l’expédition archéologique américaine.

Comme l’indique le Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, des spécialistes sont actuellement en train de restaurer les artéfacts et d’examiner les lieux de la découverte afin d’établir avec justesse l’origine de cette «dame de la maison d’Amenirdis».

Des dépouilles des pharaons des XVIIIe, XXVe et XXVIe dynasties sont enterrées dans ces lieux, où des fouilles se poursuivent depuis 2006. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here