Une vidéo récemment tournée en Amazonie péruvienne nous montre un spectacle étonnant : des papillons buvant des larmes de tortues se prélassant au bord de la rivière, directement au bord de leurs yeux.

Phil Torres, entomologiste, voyageait en mars dernier près de la rivière Tambopata, au Pérou, lorsqu’il tomba par hasard sur une scène tout à fait étonnante : trois tortues se prélassant au bord de la rivière avec, autour de leurs têtes, plusieurs espèces de papillons s’installant près des yeux des tortues pour siroter délicatement les larmes salées des reptiles. Il a posté les images sur sa chaîne YouTube, The Jungle Diaries, où il documente ses expéditions de recherche et ses découvertes :

Alors, pourquoi boire les larmes des tortues ? Ces papillons (environ huit espèces) sont ici à la recherche de sodium, explique le chercheur dans la vidéo. Les papillons ne peuvent pas obtenir le sodium des fleurs, ainsi les insectes doivent le chercher ailleurs. Certaines espèces de papillons plongent alors dans les excréments d’autres espèces, quand d’autres, ici près de la rivière, ciblent les larmes.

Les reptiles, vraisemblablement des tortues à dos jaune (Podocnemis unifilis), appartiennent à un groupe de tortues qui ne peuvent pas rétracter la tête dans leur coquille. Leur seule option pour décourager les insectes assoiffés est alors de tourner la tête de droite à gauche ce qui, comme vous pouvez le voir, n’est pas très efficace.

Certains types d’animaux participent à une pratique connue sous le nom de mutualisme, un arrangement qui implique habituellement que les deux espèces profitent l’une de l’autre. Par exemple, les buffles hirsutes qui peuplent les zones humides du nord de la Turquie sont souvent couverts de minuscules grenouilles qui se nourrissent des mouches agaçantes sur le dos des bovins. Cependant, tandis que les papillons obtiennent ici quelque chose des tortues — le sodium des larmes — celles-ci semblent quelque peu lésées. « Elles ne semblent vraiment pas apprécier », note le chercheur. source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here