Quand la circoncision a-t-elle été pratiquée pour la première fois ? Comment a-t-elle évolué ? Pourquoi l’a-t-on pratiqué ? Les premières preuves littéraires de la pratique de la circoncision remontent à l’Égypte ancienne.

Il y a beaucoup d’hypothèses concernant les racines de la pratique. Les premiers savants occidentaux attribuaient les origines de la circoncision à l’Égypte ancienne. Mais beaucoup d’érudits croient aujourd’hui que l’origine de la pratique, comme c’est le cas en Occident et au Moyen-Orient, remonte plus loin et trouve son origine dans les habitants du sud de l’Arabie et de certaines parties de l’Afrique. Au cours des millénaires, la circoncision a été le plus souvent utilisée comme un rite religieux, un rite de passage à l’âge adulte, mais aussi comme une forme de punition en temps de guerre.

Un peu ou beaucoup

La circoncision a été pratiquée dans certaines parties de l’Afrique, de l’Océanie, du judaïsme et de l’Islam. La forme de circoncision que les occidentaux connaissent le mieux est l’ablation complète du prépuce, telle qu’elle est pratiquée dans le judaïsme.

Une sculpture en Italie, circoncision d’un enfant.

Cependant, dans l’Égypte ancienne et dans d’autres cultures d’Afrique, seule une partie du prépuce a été enlevée. Dans les îles du Pacifique, le frein a été coupé, mais le prépuce n’a pas été modifié. Ceci est intéressant si l’on considère une référence biblique où Yahvé ordonne aux Israélites de circoncire à nouveau leurs enfants, « une seconde fois » (Josué 5:2). Cela pourrait signifier que certains d’entre eux avaient déjà été circoncis à la manière égyptienne et devaient être circoncis à la manière juive ou israélite.

La circoncision en Égypte et en Israël

Dans l’Égypte ancienne, la circoncision avait une fonction et un processus assez différents de ceux de l’ancien Israël. Dans l’ancien Israël, la circoncision était considérée comme un signe d’appartenance à la communauté d’alliance établie entre Dieu et Abraham. C’était un marqueur ethnique montrant qu’ils faisaient partie de la nation israélite.

« La circoncision d’Isaac. »

Bien qu’elle puisse être pratiquée sur des adultes si nécessaire, elle était généralement pratiquée sur des nourrissons, huit jours après la naissance, comme chez les Juifs modernes. Un adulte était généralement circoncis seulement si un non-Israélite décidait qu’il voulait être intronisé dans la communauté israélite. Plus tard, lorsque la religion israélite est devenue plus organisée, devenant ainsi l’ancien judaïsme, les convertis au judaïsme étaient tenus de se soumettre à la circoncision. L’une des raisons pour lesquelles le christianisme primitif s’est d’abord distingué du judaïsme était que les chrétiens non-juifs n’étaient pas tenus d’être circoncis.

En Égypte, elle se faisait généralement sur des adolescents qui étaient sur le point d’être initiés au sacerdoce ou en tant qu’hommes adultes de la classe noble. Il n’est pas certain que ce soit le cas d’après les documents archéologiques et historiques, mais la circoncision égyptienne peut aussi avoir été utilisée pour délimiter une classe spéciale d’élite. La circoncision égyptienne est représentée sur les murs des temples où les jeunes hommes sont vus attachés alors qu’un prêtre effectue la circoncision avec un couteau.

Ancienne scène de circoncision égyptienne sculptée, à partir du mur intérieur nord du temple de Khonspekhrod dans le district de Mut, temple de Karnak, Louxor, Egypte. Dix-huitième dynastie, Amenhotep III, vers 1360 avant JC.

La pratique dans d’autres cultures africaines

L’Égypte n’est pas la seule culture africaine qui pratique circoncision. Elle est courante chez les peuples d’Afrique de l’Est et les Bantous, en tant que rite de passage pour entrer dans l’âge adulte. Les jeunes hommes des groupes ethniques Xhosa et Zulu avaient traditionnellement un rituel de circoncision élaboré où leur corps était peint à la chaux avant leur circoncision.

Au cours du processus, ils seraient isolés de la communauté pendant plusieurs semaines, surtout des femmes. Après la circoncision, ils abandonnaient leur prépuce coupé dans la forêt, un symbole de leurs vies d’enfance pour devenir des hommes, puis lavaient le blanc de chaux dans une rivière. La circoncision est encore régulièrement pratiquée dans ces cultures, mais généralement dans les hôpitaux au lieu de la méthode traditionnelle.

Hommes Zoulous exécutant des danses guerrières traditionnelles.

La circoncision en Océanie

Historiquement, la circoncision ne s’est pas limitée à l’Afrique et au Moyen-Orient. Une forme de circoncision a également été pratiquée en Océanie et en Australie aborigène en utilisant les coquillages comme instrument de coupe. La circoncision en Océanie et en Australie était un rite de passage à l’âge adulte ainsi qu’un test de bravoure.

Grèce antique

«Couper autour» : comme son étymologie l’indique, la circoncision consiste à retirer une partie du prépuce. Où cette pratique est-elle née ?

Même l’historien Hérodote, en son temps (Ve siècle av. J.-C.), s’y perdait : «Les Colchidiens [Georgie], les Égyptiens et les Éthiopiens sont les seuls peuples qui aient de tout temps pratiqué la circoncision. Les Phéniciens et les Syriens de Palestine reconnaissent qu’ils tiennent cet usage des Égyptiens ; les Syriens établis dans la vallée du Thermodon [Cappadoce] déclarent l’avoir depuis peu emprunté aux Colchidiens. Des Égyptiens et des Éthiopiens, je ne saurais dire quel est le peuple qui a pris cette coutume à l’autre, car elle est, de toute évidence, des plus anciennes» (Histoire, II).

Tout cela est bien vague, mais nous donne une piste : les Assyriens ignorant cette coutume, c’est bien du côté de l’Égypte qu’il faut en chercher l’origine. N’était-elle pas d’ailleurs une étape indispensable à l’entrée dans la carrière de prêtre… ou de pharaon ? D’ailleurs, comme le rappelle Voltaire, «Pythagore, voyageant chez les Égyptiens, fut obligé de se faire circoncire pour être admis à leurs mystères ; il fallait donc absolument être circoncis pour être au nombre des prêtres d’Égypte» (Dictionnaire philosophique portatif). Signe de reconnaissance d’une certaine caste sociale en relation avec les divinités, la circoncision a donc semble-t-il dès sa création une dimension religieuse.

Temps de guerre

La circoncision n’est pas seulement utilisée comme rite de passage à l’homme ou pour des raisons religieuses. Elle a également été utilisée pour punir les soldats ennemis. Il y a eu des cas où des soldats capturés au combat seraient circoncis, en particulier au Moyen-Orient, en Afrique de l’Est et en Asie du Sud.

Impact historique

La circoncision était autrefois une coutume rare, et la plupart des cultures en dehors de l’Afrique, du Moyen-Orient et de l’Océanie ne la pratiquaient pas à l’origine. Elle a néanmoins eu une influence significative sur l’histoire de la civilisation, d’autant plus que l’un des piliers de la civilisation occidentale, l’ancien Israël, en a fait un marqueur ethnique pour être un Israélite.

Aujourd’hui, cette pratique se poursuit et on estime qu’un tiers des hommes dans le monde sont circoncis. Elle est plus courante chez les musulmans et les juifs, pour des raisons religieuses, mais elle est également répandue aux États-Unis, où elle est mise en œuvre pour la prévention des conditions sanitaires, bien que bon nombre des principales organisations médicales du monde ne soient pas d’accord sur le fait qu’il n’y a pas d’avantages significatifs qui justifient les risques.

La circoncision est de plus en plus controversée en raison de l’absence de consensus éclairé et de la violation des droits de l’homme.

 » Les coutumes d’Asie centrale. » « La photo montre un groupe d’hommes assis sur le sol près d’un petit garçon qui a été circoncis. »

Source 

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here