Des archéologues ont fait une découverte fascinante en étudiant les restes de deux momies retrouvées en 1976 au nord du Chili: ces momies, victimes d’un sacrifice humain, portent des vêtements colorés en rouge par un colorant toxique, ce qui les rend «mortellement dangereuses» pour quiconque les touchant.

En 1976, les momies de deux jeunes filles furent découvertes dans une tombe à Iquique, au nord du Chili. Or, ce n’est qu’assez récemment qu’une équipe de scientifiques est parvenu à mener une analyse exhaustive des tissus des vêtements qu’elles portent, relate la revue Archaeometry.

Vêtements contenant du rouge toxique

D’après les chercheurs, les deux jeunes femmes, âgées de 9 et 18 ans, ont probablement été tuées au cours d’un capacocha, un sacrifice rituel pratiqué par les Incas pour commémorer des événements politiques et historiques ou en réponse à des catastrophes naturelles.

Ces momies portent des ornements d’argent et des robes rouges. Le rouge des vêtements incas était souvent obtenu en utilisant de l’hématite ou d’autres oxydes de fer. Or, ce colorant contient du cinabre, un minéral riche en mercure et largement utilisé durant l’Antiquité comme un pigment par excellence.

Les momies de jeunes filles de l’ancien Chili portaient des vêtements toxiques, selon les archéologues.

Le fait d’utiliser du cinabre peut toutefois conduire à un empoisonnement au mercure, reconnaissable à un large éventail de symptômes — de la faiblesse musculaire et de la perte de coordination à des effets neurologiques tels que la perte de mémoire, des troubles de la parole et la surdité.

Il est possible d’inverser partiellement ou complètement l’effet toxique de la substance, mais seulement si l’on traite rapidement l’intoxication.

Une momie de jeune fille trouvée dans des vêtements toxiques

Tout cela soulève la question de savoir pourquoi les prêtres en utilisaient lors de certains rites. D’après les chercheurs, il est possible que les rituels aient été si importants à leurs yeux que la manipulation du cinabre valait pour eux le risque ou que le pigment ait été utilisé pour éloigner d’éventuels pilleurs des tombes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here