Des associations de protection des animaux ont exprimé leur inquiétude après qu’il a été révélé que les ânes de l’île grecque de Santorin sont chroniquement blessés à grande échelle pour leurs promenades avec des touristes américains et européens en surpoids.

Santorin est l’une des plus belles îles de la Grèce et attire un flux constant de touristes tout au long de la saison des fêtes qui dure entre mai et octobre. L’un des principaux attraits de ces touristes, qui arrivent par milliers chaque semaine, sont les collines et les sentiers escarpés qui caractérisent le paysage pittoresque et les ânes fiables qui transportent les gens vers les endroits où les voitures ne peuvent pas se rendre.

Cela devient un problème majeur, ont affirmé les défenseurs des droits des animaux parce que de nombreux touristes arrivant sur l’île sont beaucoup plus lourds que les ânes ne peuvent le supporter, ce qui entraîne des blessures et des douleurs chroniques chez les animaux.

Christina, qui a fondé la Santorini Animal Welfare Association lorsqu’elle est arrivée sur l’île il y a dix ans, a dit que la peste des touristes en surpoids n’était pas le seul problème auquel les ânes devaient faire face.

Il y a de bons propriétaires qui suivent le code, mais en général les ânes sont exploités jusqu’à la mort une fois leur vie professionnelle achevée”, explique-t-elle.

Selon Christina et d’autres défenseurs des droits des animaux, les ânes sont obligés de travailler sept jours par semaine sans eau, sans nourriture, sans abri contre la chaleur brûlante ou sans se reposer. En plus d’avoir à transporter des charges plus lourdes que jamais, les ânes sont souvent mal équipés et leurs selles mal ajustées contribuent souvent à des blessures dorsales graves.

Tragiquement, explique Christina, une fois que les animaux ont atteint la fin de leur vie professionnelle, ils deviennent sans valeur pour les propriétaires qui les attachent simplement aux balustrades à l’extérieur de son abri pour animaux et abandonnent les créatures. Christina dit que la plupart des animaux ainsi laissés à l’abandon jusqu’à leur mort.

Les populations locales qui dépendent des ânes pour leurs revenus ont commencé à élever leurs animaux avec des mulets afin qu’ils produisent des animaux plus forts capables de porter la charge des touristes en surpoids. Cependant, les défenseurs des droits des animaux disent que ce n’est pas suffisant et qu’il doit y avoir une restriction de poids sur ceux qui sont autorisés à monter à dos d’âne à Santorin pour soulager un peu ces animaux de leur vie péniblement difficile dans la servitude.

Source et traduction : Nouvelordremondial.cc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here