Caché dans un cul-de-sac au pied de l’imposante muraille médiévale de Gérone en Espagne, se trouve un jardin tranquille. Une statue d’un ange aux cheveux longs monte la garde au-dessus de l’entrée, les mains jointes en priant.

Si le portail en fer est déverrouillé, ce qui se produit de façon irrégulière, vous pouvez entrer dans le jardin en terrasse.

Les hauts murs du jardin.

Sur votre gauche en entrant, un mur de pierre de 3 mètres de haut est parsemé de roses et décoré avec de nombreuses plaques en laiton gravées du nom des anges en catalan et en hébreu. C’est un endroit paisible, un refuge inattendu contre les rues commerçantes et touristiques. Mais à Gérone, les choses sont rarement ce qu’elles semblent être, et ce jardin sans prétention cache plus qu’un ou deux secrets.

Le Jardí de l’Ángel – Le Jardin de l’Ange, Girona, Catalogne, Espagne.
Cet ange est assis à la porte du jardin. (©Elyn Aviva)

La carte touristique de Gérone identifie cet endroit comme Jardí de l’Ángel – le Jardin de l’Ange – mais d’autres personnes l’appellent le Jardin des Kabbalistes ou, même, le Jardin des Juifs. Autrefois, Gérone était le centre kabbaliste le plus important de l’Europe médiévale, mais tous les Juifs d’Espagne ont été contraints à l’exil ou à la conversion forcée en 1492. Ce jardin est beaucoup plus récent ; il est le produit d’une rénovation urbaine dans les années 1990. Ou est-il ? Et pourquoi certains des noms d’anges sont-ils écrits à l’envers ?

Le Jardin

Le jardin se compose de quatre niveaux, reliés par des escaliers en pierre. Le patio principal et les trois terrasses sont construits contre les anciens remparts de la ville, chaque niveau est progressivement plus petit et construit l’un sur l’autre.

Des escaliers en pierre relient les quatre niveaux. (©Elyn Aviva)

Des orangers odorants ombragent les bancs de bois éparpillés au rez-de-chaussée du jardin. Un mur de soutènement bas entre le premier et le deuxième niveau affiche d’autres plaques de nom d’ange en laiton, mais presque toutes les plaques ont été volées.

Un mur de soutènement avec des plaques inscrites. (©Elyn Aviva)
Les murs médiévaux du jardin sont entourés de verdure et d’arbres fruitiers. (©Elyn Aviva)

Le second niveau regorge de grenadiers, d’acanthes, de lavande, de buissons soigneusement taillés et de fleurs parfumées. Un étroit escalier en pierre, en partie caché dans la végétation, mène au troisième niveau. Ici, il y a plus d’arbustes, plus d’acanthes, juste un figuier lourdement chargé s’élevant sur un monticule de terre et de rocher, et un ange doré grandeur nature. Cette statue du XIXe siècle, légèrement abîmée, a les ailes repliées à l’arrière, les bras devant la poitrine, et tient ce qui ressemble à une couronne. Le minuscule quatrième niveau ne peut être atteint qu’en montant quelques pierres saillantes jusqu’à un rebord étroit, à peine assez grand pour s’asseoir.

Un ange doré regarde d’en haut. (©Elyn Aviva)

D’après les informations touristiques officielles, il s’agit d’un produit de la rénovation urbaine des années 1990 et ne porte pas le nom des deux anges du jardin, mais de la rue médiévale « Carrer de l’Angel » que vous suivez pour atteindre le jardin. Le groupe de renouvellement urbain comprenait Josep Tarrés, membre d’un ordre ésotérique secret. Le groupe a construit le jardin à plusieurs niveaux à partir d’un jardin potager qui existait derrière une caserne de la Garde civile.

Anges et kabbalistes

Selon Gérard Serrat, un guide de la Gérone juive, ce lieu est appelé le jardin des kabbalistes parce qu’il y a des siècles, les kabbalistes juifs mystiques se rencontraient ici en secret, à la limite de la Gérone médiévale, pour faire des pratiques ésotériques. Les plaques murales en laiton portant les noms hébraïques des anges indiquent ce lien, tout comme l’ange d’or. Bien que la plupart des guides touristiques pensent que la statue représente l’archange Michel, ses attributs sont en fait ceux de l’archange Metatron, et Metatron est le « patron » de la Kabbale.

Symbole des sept archanges de l’Église orthodoxe orientale.

Gérone était un important centre médiéval de la Kabbale, il ne serait donc pas surprenant que le jardin rende un hommage caché à cette histoire. L’important érudit et enseignant Rabbi Moses ben Nahman (Nahmanide) vivait à Gérone au XIIIe siècle et y dirigeait une grande école kabbaliste.

En 1263, dans ce qu’on appelle la « Disputation de Barcelone », il a été contraint de débattre avec un érudit dominicain sur des questions de foi. Bien que Nahmanide ait gagné le débat – ou plutôt parce qu’il l’a gagné – il a été contraint de fuir Gérone et est mort en Terre Sainte en 1270.

Représentation artistique du XXIe siècle de Nahmanide à Acre, en Israël.

Et les plaques d’ange ? Certaines des plaques en laiton ont été enlevées et volées, mais il en reste un certain nombre. Et certaines d’entre elles sont déroutantes. Bien que les mots hébreu soient écrits de droite à gauche, certaines de ces plaques sont inscrites de gauche à droite et en hébreu. Et, selon un lecteur bien informé de l’hébreu, certaines des plaques sont écrites en utilisant les mauvaises lettres hébraïques.

Quelques-unes des plaques restantes dans le jardin. (©Elyn Aviva)

Ces incohérences sont-elles simplement des erreurs commises par une personne qui, peut-être, ne connaissait pas l’hébreu ? Ou bien s’agit-il, selon une tradition ésotérique bien documentée, d’une tentative de « revendiquer » le pouvoir des noms en les inversant ? Bien que j’aie consulté plusieurs autorités, personne n’est prêt à me donner une réponse.

Traditionnellement, il y a 72 noms de Dieu saints, créés par diverses permutations de lettres hébraïques. Sur le mur de soutènement à l’entrée, il semble qu’il y avait à l’origine 27 plaques. S’agit-il peut-être d’une référence cachée à la gématrie, au système kabbalistique de lettres et d’associations numériques, et à l’importance de l’inversion ?

Pourquoi y a-t-il quatre niveaux ?

Il reste au moins un autre mystère. Pourquoi y a-t-il quatre niveaux dans le jardin ? S’agit-il d’une simple coïncidence de l’aménagement paysager ou s’agit-il d’un autre message caché ? La Kabbale enseigne que la réalité commence comme une « chaîne descendante de l’être » connue sous le nom des Quatre Mondes. Ce passage du néant absolu à quelque chose passe de la vibration la plus basse à la plus « dense ».

Selon ce paradigme, la création telle que nous la connaissons a commencé (et commence continuellement) avec le Premier Monde, l’Emanation, et se déplace à travers le Deuxième Monde, la Création, vers le Tiers Monde, la Formation, et finalement vers le Quatrième Monde, l’Action. On les appelle aussi parfois les mondes spirituel, intellectuel, émotionnel/psychologique et physique, des mondes qui s’interpénétrent dans le temps/espace.

Cette structure complexe de Géométrie Sacrée – le Cube de Metatron, est dérivée de l’ancienne structure de la Fleur de Vie. Elle porte le nom de l’archange Metatron.

Il est presque certain que les quatre niveaux du jardin représentent les quatre mondes. La statue de l’Archange Metatron est située sur le sommet de la 2e terrasse (ou du monde), soit le même niveau que celui où se trouve Metatron sur le diagramme de l’Arbre de vie kabbaliste. Une autre indication est la tradition locale selon laquelle, si vous avez une question importante, vous devriez aller au jardin des kabbalistes et la poser au niveau le plus bas, dans le patio principal.

Si vous ne recevez pas de réponse, vous passez au deuxième niveau. Et si vous n’obtenez toujours pas de réponse, vous posez la question au niveau suivant, puis jusqu’au sommet. Si les terrasses du jardin représentent les quatre mondes, vous commenceriez à chercher votre réponse au niveau physique le plus mondain et (peut-être) finirait par la trouver au niveau le plus élevé et le plus spirituel.

L’Arbre Kabbalistique de la Vie avec les noms des Séphiroths et des chemins en hébreu

Cette tradition est peut-être le faible souvenir de l’époque où se trouvait un jardin antérieur à cet endroit qui était, en fait, un lieu de rencontre des kabbalistes. Après tout, un praticien savant et sage comme Nahmanide aurait été la personne idéale pour demander conseil.

Jeter un coup d’œil dans le jardin. (©Elyn Aviva)

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here