Les sédiments sous un lac au Mexique contiennent certaines des réponses longtemps recherchées au mystère de la disparition des Mayas.

Les anciens Mayas, principalement concentrés dans ce qui est aujourd’hui la péninsule du Yucatan, comptaient parmi les civilisations les plus avancées de leur époque. Les Mayas ont été parmi les premiers à construire des villes.

Ils ont utilisé l’astronomie pour faire progresser la production agricole, et ils ont créé des calendriers et utilisé les mathématiques avancées.

Mais malgré tous leurs progrès, l’empire maya, construit sur des milliers d’années, s’est effondré en quelques centaines d’années.

Les scientifiques ont plusieurs théories sur les causes de l’effondrement, y compris la déforestation, la surpopulation et la sécheresse extrême. De nouvelles recherches, publiées dans Science Thursday, se concentrent sur la sécheresse et suggèrent, pour la première fois, à quel point elle était extrême.

En analysant les sédiments sous le lac Chichancanab sur la péninsule du Yucatan, les scientifiques ont constaté une diminution de 50 % des précipitations annuelles sur une période de plus de 100 ans, passant de 800 à 1 000 après JC. Parfois, comme le montre l’étude, la diminution a atteint 70 %.

La sécheresse était connue auparavant, mais cette étude est la première à quantifier les précipitations, l’humidité relative et l’évaporation à cette époque. C’est aussi la première à combiner de multiples analyses et modélisations élémentaires pour déterminer le record climatique pendant la disparition de la civilisation maya.

Matthew Lachniet, professeur de géosciences à l’Université du Nevada à Las Vegas, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que la quantification de la sécheresse est importante, car elle illustre la puissance de la seule variabilité naturelle du climat.

« Les humains affectent le climat. Nous le réchauffons et il devrait devenir plus sec en Amérique centrale « , a dit M. Lachniet.

« Nous pourrions nous retrouver avec deux fois plus de sécheresse. Si vous coïncidez le séchage de causes naturelles avec le séchage de causes humaines, cela amplifie la force de cette sécheresse. »

Les nouvelles recherches ont analysé les carottes de sédiments, ce que les climatologues font couramment pour déterminer les conditions du passé, en utilisant les anciennes saletés comme une capsule géologique.

Chaque couche de sédiments enfouis profondément sous terre contient des traces de pluie, de température et même de pollution atmosphérique. Par le biais de processus et d’interactions chimiques, les conditions climatiques sont « enregistrées » sur la surface du sol à un moment précis et éventuellement enfouies.

Les scientifiques peuvent forer un noyau de saleté et l’analyser soigneusement couche par couche, année par année, pour reconstituer une ligne du temps. Pour cette étude, les scientifiques ont examiné minutieusement les couches de boue et d’argile dans les carottes du lac Chichancanab.

Lac Chichancanab.

Pendant les périodes sèches, le volume du lac aurait diminué, a dit Nick Evans, un étudiant diplômé en paléoclimatologie à l’Université de Cambridge et premier auteur de l’étude.

Au fur et à mesure que l’eau s’évaporait, les particules plus légères se seraient évaporées en premier, laissant derrière elles des éléments plus lourds.

Si la sécheresse était intense et durable, des cristaux de gypse se formaient et incorporaient l’eau du lac directement dans leur structure. L' »eau fossile » à l’intérieur des cristaux a permis à Evans et à ses co-auteurs d’analyser les propriétés de l’eau du lac à chaque période.

« C’est le plus proche des échantillons d’eau du passé des mayas », dit Evans.

La composition chimique de l’eau fossile indiquait les périodes de sécheresse de l’époque maya et révélait la durée et l’intensité de cette sécheresse particulière.

Il existe de nombreuses théories sur les déclencheurs de la sécheresse, mais il n’y a pas de preuves tangibles 1 000 ans plus tard. La sécheresse coïncide avec le début de la période médiévale chaude, dont on pense qu’elle a été causée par une diminution des cendres volcaniques dans l’atmosphère et une augmentation de l’activité solaire.

Des études antérieures ont montré que la déforestation des Mayas peut également y avoir contribué. La déforestation tend à diminuer la quantité d’humidité et à déstabiliser le sol. D’autres théories sur la cause de la sécheresse comprennent les changements dans la circulation atmosphérique et le déclin de la fréquence des cyclones tropicaux, a dit Evans.

Evans et son équipe espèrent que leurs recherches aideront les archéologues à comprendre comment l’ancienne sécheresse a pu avoir un impact sur l’agriculture maya à un moment critique de leur histoire.

Selon le Système mondial d’information sur la sécheresse de la National Oceanic and Atmospheric Administration, de vastes régions de l’Amérique du Nord, de l’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud-Ouest et de la plus grande partie de l’Australie sont actuellement en proie à une importante sécheresse. Les recherches sociopolitiques suggèrent que la sécheresse peut provoquer la guerre, la famine et de grandes migrations humaines. Et de nombreux pays touchés n’ont pas les ressources nécessaires pour y faire face.

« La sécheresse a le potentiel d’être une force motrice pour un grand nombre des problèmes qui peuvent causer le stress des civilisations », a dit Evans.

Il a noté, cependant, que l’économie d’aujourd’hui et les technologies modernes ont le potentiel d’empêcher une sécheresse de type maya, probablement…

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

1 COMMENTAIRE

  1. mr lachnier quelle voiture condiusait les Mayas pour changer le climat? Le climat change de lui-meme, en fonction des flairs solaires, en fonction de la position de la terre sur son axe (le pole a change de place tous les 12 500). L’aveuglement de certains pretendu professeur est affligeant. How much do you get paid to eruct such dimwititudes?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here