Partis plonger il y a quelques jours au large de Wellington en Nouvelle-Zélande, trois frères ont fait une rencontre surprenante sur la plage : celle d’un calmar géant de plus de 4 mètres, échoué mais intact.

Vous en avez peut-être aperçu un dans le film En eaux troubles actuellement en salles, ou dans les livres, aux prises avec des cachalots. Dans le monde réel en revanche, ces géants des mers se font très discrets, évoluant principalement en eaux profondes.

D’où le caractère exceptionnel de cette découverte. « Après un plongeon, nous sommes retournés sur la plage et avons pris un mètre, il mesurait 4,2 mètres de long », explique l’un des plongeurs, Daniel Aplin, au New Zealand Herald. La plupart des calmars mesurent généralement 5 mètres de long, mais certains spécimens peuvent mesurer plus de 10 mètres de long.

Malheureusement l’animal a été retrouvé mort. La cause du décès est en revanche inconnue. L’animal ne présentait en effet qu’une simple égratignure, trop petite pour expliquer son trépas. De prochaines analyses menées par l’Institut national de recherche sur l’eau et l’atmosphère de Nouvelle-Zélande (NIWA) pourraient bientôt nous en apprendre davantage.

Si l’animal se faire rare aux yeux des navigateurs et plongeurs, il n’en est pas moins répandu dans tous les océans du monde. Vous le retrouverez (avec beaucoup, beaucoup de chance) dans l’Atlantique Nord, notamment à Terre-Neuve (Canada), en Norvège, au nord des îles britanniques, en Espagne et dans les îles océaniques des Açores et de Madère. Côté Sud, il fréquente également les eaux néo-zélandaises et australiennes.

Quant aux profondeurs, les données manquent. Mais les comportements de plongée du cachalot, son principal prédateur, suggèrent qu’il évolue à entre 300 et 1 000 mètres de profondeur. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here