Début août, un “ documentaire ” a été diffusé publiquement à la Corroirie du Liget. Problème : ses théories sont totalement fantaisistes.

Sur le papier, il y a de quoi donner envie. Imaginez : un grand écran, en plein air, dans l’écrin magique de la Corroirie du Liget. C’était vendredi 3 août. Moyennant 12 € (15 € si on n’avait pas réservé sur le site du producteur du film), on avait droit à la projection sous les étoiles d’un « documentaire » sur les plus belles réalisations de l’humanité : les pyramides d’Égypte, les statues de l’île de Pâques, le Machu Picchu… Son titre ? « BAM » pour « Bâtisseurs de l’ancien monde ». La projection a réuni 230 personnes, ce soir-là. Ne faisons pas semblant : on ne l’a pas vu.
Quel dommage ! En visionnant cette 
« investigation sur le passé de notre planète qui oppose aux thèses académiques une hypothèse alternative », on aurait « appris », selon le texte de présentation rédigé par l’un des partenaires du film (1)« l’existence d’une civilisation humaine avancée, disparue avant la nôtre » il y a un peu plus de 12.000 ans. Civilisation qui, on l’aura compris, serait à l’origine des prouesses de l’humanité citées plus haut.

C’est romantique mais il y a un hic : cette théorie a certes valu le succès à un écrivain et théoricien du complot britannique, Graham Hancock (qui intervient d’ailleurs dans le documentaire), mais elle n’a aucun fondement archéologique. A croire que tous les archéologues du monde se trompent. Ou bien mentent…

Complotisme

Contacté par la NR, le réalisateur de « BAM », Patrice Pouillard explique notamment que : « BAM n’impose rien, il s’interroge face à des faits déconcertants ».

La rhétorique – complotiste – est bien connue : de telles prouesses techniques sont (prétendument) inexplicables, c’est donc que la « vérité » est ailleurs. Ou que les scientifiques cachent des choses.

L’ennui, c’est que ce « raisonnement » prend l’eau de toutes parts. D’une part, les scientifiques ont des explications argumentées pour la plupart des choses présentées comme inexplicables (2). Surtout, une véritable théorie scientifique doit avant tout s’appuyer sur des preuves concrètes qui permettent de la valider. Or, personne – pas même ceux qui en défendent l’existence – n’a jamais trouvé la moindre trace de l’imaginaire civilisation supérieure. Aucun outil, ni tesson de poterie. Encore moins de trace écrite. Pas même un seul déchet. Mais que valent les preuves, quand on confond science-fiction et science ?

(1) L’ “ Institut de recherche sur les expériences extraordinaires ” qui prétend, entre autres, expliquer scientifiquement les “ rencontres avec les esprits ”.

(2) Même s’ils ne sont pas toujours d’accord sur ces explications. C’est justement la différence entre la science (basée sur des théories qu’un tiers peut prouver ou réfuter à condition de le faire de manière scientifique) et le dogme (une vérité révélée que l’on veut imposer).

Source

Bonus

Patrice Pooyard s’improvise guide touristique au pied de la Grande Pyramide de Gizeh et invite les télespecteurs à constater avec lui les dimensions réelles gigantesques de celle-ci, figurées au sol par des clous en métal. Faisant une nouvelle fois la démonstration de sa méconnaissance du lieu.

6 Commentaires

  1. Cet article est de la foutaise complète. D’ailleurs il ne mentionne pas par exemple le site de Gobleki Tepe en Turquie, qui démontre bel et bien, qu’il y avait une civilisation très avancée à l’époque où l’homme était sensé n’être qu’un chasseur-cueilleur. ET c’est là le travail des archéologues, pas d’amateurs avides de sensations. Ras le bol d’entendre à toutes les sauces cette notion de complot qui visiblement ne s’exerce pas là où ceux qui la dénonce le voudraient.

  2. Article d’un vide intersidéral….
    Pour le complotisme, aucun rapport non plus. Ce documentaire n’a absolument rien de complotiste.
    Laisser les stagiaires de fin de 3eme écrire vos articles ça fait pas sérieux. Faites au moins l’effort de recruter des personnes capables 😉
    Bon courage pour le recrutement

  3. Encore un commentaire rédigé par quelqu’un qui n’est pas content que les « vérités officielles » soient remises en cause par des chercheurs non « conventionnés » par les académies ! Laissez donc les gens se faire leur opinion eux-mêmes. Nous n’avons pas besoin de vos « lumières » pour y voir clair et nous sommes en capacité de sentir si nous avons affaire à des « complotistes » ou pas. D’ailleurs, notez en passant que le complot est bien une réalité, l’humain est par nature un calculateur qui n’aime rien tant que de faire des coups en loucedé et en général dans le dos de ceux qu’il entend escroquer. Le complotisme est une invention sémantique pour ceux qui n’ont ni courage ni originalité ni l’intelligence de réfléchir différemment que ce qu’on leur enseigne…

  4. C’est cet article qui est conspirationniste, continuer d’affirmer que les carottes granite d’Abousir et d’Abou Ghorab on était prélevées en tapant dessus avec des petites cailloux. Et quand est-il de Sacsayhuaman? Je dis pas qu’il faut prendre Grimault/Pouillard/Hancock au pied de la lettre, mais on ne peut nier l’incohérence des explications académique.

  5. « […]cette théorie a certes valu le succès à un écrivain et théoricien du complot britannique, […], mais elle n’a aucun fondement archéologique. » Si preuve il y a, alors on ne parle pas de théorie mais de loi ou de fait. Et la science de l’Archéologie est essentiellement constituée elle aussi de THÉORIES. Rien n’est à prendre au pied de la lettre, tout ce que vous pouvez trouver dans les livres d’histoire par exemple ne sont que des théories, des suppositions, car je vous le rappelle, il y a 2000 à 20000 ans aucun d’entre nous n’était là. Personne ne peux attester et crier haut et fort « Il s’est passé ceci, ou cela », « c’était comme ceci ou comme cela ». « Oui mais on a des textes en sumérien, en hiéroglyphes qui racontent ceci ou cela… », non. Personne ne parle l’ancien égyptien ou l’ancien sumérien depuis des milliers d’années, toute traduction est biaisée par l’interprétation de son traducteur (Je ne dis pas par là que les traductions sont forcément fausses, simplement qu’il ne faut pas les prendre comme des traduction littérales). « Oui mais tel ou tel site/objet a été daté au carbone 14, ça date de cette époque là! » Oui et non. Il faut savoir qu’on ne peux dater que du matériel biologique au carbone 14, on ne peux pas dater de la pierre. Quand on veux dater un site archéologique, on ne date pas le site, mais les sédiments qui s’y trouvent.Or, RIEN ET ABSOLUMENT RIEN ne garantis en aucun cas que les sédiment retrouvés sur un site soient contemporains de la construction du-dit site.

    Il n’y a rien de complotiste dans ce documentaire, juste des gens qui se posent des questions, et essaient d’y réfléchir ensemble, avec un esprit ouvert et délié des foutaises que peuvent parfois sortir la communauté d’Archéologie qui ne se remets rarement en question.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here