Pour un million de dollars de l’époque, le Chili a voulu vendre l’île de Pâques à l’Allemagne nazie. Une négociation tenue top secrète, jusqu’à aujourd’hui.

L’île de Pâques a accueilli plus de 116 000 touristes en 2017. Pourtant, le Chili a bien failli vendre ce territoire, classé au patrimoine mondial de l’Unesco avec ses statues moaï, à l’Allemagne nazie. Ce que rapporte l’écrivain espagnol Mario Amoros dans Rapa Nui. Une plaie dans l’océan (Ediciones B).

Le Chili est frappé par la crise de 1929 et a besoin d’argent pour renforcer sa défense maritime par peur d’une nouvelle guerre avec la Bolivie et le Pérou. Le gouvernement chilien pense alors à l’île de Rapa Nui, marquée par la lèpre et un pouvoir éloigné, à 3 500 kilomètres des côtes chiliennes. À l’époque, elle est estimée à un million de dollars. Ce qui aurait permis au pays d’acquérir deux navires pour la Marine.

Des négociations secrètes avec Adolf Hitler

Le gouvernement chilien voulait vendre l’île au plus offrant, c’est-à-dire aux États-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne ou l’Allemagne nazie. En 1937, les négociations entre le président chilien Arturo Alessandri et le dictateur totalitaire allemand Adolf Hitler commencent.

Le professeur hongrois Ferenc Fischer découvre en 2011 un document sur ces discussions tenues secrètes entre les deux pays. Un document conservé dans les archives du ministère des Affaires étrangères à Bonn en Allemagne, qui résume une rencontre avec l’ambassadeur d’Hitler au Chili et le ministre des Affaires étrangères. Une négociation qui n’a rien donné, comme celles avec les États-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne.

Aujourd’hui, l’île n’est plus connue pour sa lèpre mais pour ses statues des moaï. Elle est même victime de son succès, l’obligeant à réguler son flux de touristes. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here