Selon l’Évangile de Saint-Jean, Jésus a été poignardé sur le flanc par une lance alors qu’il était sur la croix. Par conséquent, cette arme est considérée comme possédant des pouvoirs surnaturels et elle est devenue une relique chrétienne importante et très recherchée.

Au fil des siècles, un certain nombre d’églises ont prétendu posséder cet objet sacré. Un des requérants est le monastère de Geghard, ou Geghardavank (qui signifie « monastère de la Lance« ).

La fondation du monastère de Geghard

Le monastère de Geghard est situé à Kotayk, une province au centre de l’Arménie. Situé à la pointe de la vallée de l’Azat, le monastère est entouré de hautes falaises. En fait, une partie du monastère est taillée dans la montagne adjacente. Selon la tradition, le monastère de Geghard a été fondé au IVe siècle de notre ère par saint Grégoire 1er l’Illuminateur. L’endroit où saint Grégoire a choisi de construire le monastère était une source jaillissant dans une grotte qui était considérée comme sacrée avant l’arrivée du christianisme. Ainsi, le monastère de Geghard était autrefois connu sous le nom d’Ayvirank (signifiant’Monastère de la Grotte’).

Détail de la célèbre grotte à l’intérieur du monastère de Geghard, Photo par Arabsalam. 2010, Arménie

La reconstruction du monastère

Il ne reste rien de ce premier monastère, car il a été détruit au IXe siècle après JC. par les Arabes. Cependant, à la fin du règne musulman en Arménie, le monastère a été rétabli. La partie la plus ancienne du monastère actuel est la chapelle de Saint Grégoire 1er l’Illuminateur. L’inscription la plus ancienne sur son mur extérieur date de 1177 après JC.

Cette petite chapelle est située à l’est à l’extérieur du complexe monastique principal. Creusé directement dans la roche du flanc de la montagne, ce projet a été abandonné avant d’être achevé. Dans la première moitié du XIIIe siècle, un autre projet de construction était en cours, grâce au patronage des frères Zakare et Ivane, généraux de la reine géorgienne Tamar .

« Le baptême du peuple arménien. Grégoire 1er l’Illuminateur » par Ivan Aivazovsky, 1892.

Sous les deux généraux, le Kathoghikè (l’église principale) a été construite. Selon une inscription, cette église a été construite en 1215. Avant 1250, la première église troglodytique a également été construite.

Peu de temps après, le monastère fut acheté par les princes de la dynastie Proshyan. Sous le patronage de cette famille noble arménienne, le monastère s’est encore développé. En peu de temps, une deuxième église troglodyte, une salle de réunion et d’étude, ainsi que de nombreuses cellules monastiques ont été construites. De plus, le sépulcre familial de la dynastie Proshyan se trouve également dans le monastère. C’est ce qu’indiquent leurs armoiries – deux lions enchaînés, entre lesquels se trouve un aigle aux ailes à demi déployées, dont les griffes saisissent un veau, gravé dans la roche.

Chapelle de Khor Virap, Arménie. À l’intérieur, il y a une grotte où Grégoire 1er l’Illuminateur a été emprisonné pendant environ 13 ans, Photo par Heretiq, (2005).

C’est également au XIIIe siècle que le monastère prend son nom actuel. Lorsque le monastère fut rétabli, on lui donna d’abord le nom de  » Monastère des Sept Églises « . Il était aussi connu sous le nom de  » Monastère des Quarante Autels « . Avec le temps, cependant, le nom du monastère a été changé en monastère de Geghard. Ceci était dû à une légende qui prétendait que la lance qui avait percé le côté de Jésus avait été apportée en Arménie par l’apôtre saint Jude, également connu sous le nom de Thaddée, et qu’elle était entreposée dans le monastère.

Des reliques chrétiennes liées à l’unique monastère arménien

En plus de cette lance, le monastère aurait abrité un certain nombre d’autres reliques chrétiennes, dont celles des apôtres André et Jean. Ce sont ces reliques, la Sainte Lance avant tout, qui ont attiré les pèlerins au monastère de Geghard. Au cours des siècles suivants, de nombreux dons de terres, d’argent, de manuscrits et d’autres objets de valeur furent faits au monastère. Les murs intérieurs du Kathoghikè comportent de nombreuses inscriptions qui témoignent des dons des pèlerins.

Fresque de Fra Angelico ( vers 1440), monastère dominicain de San Marco à Florence, montrant la lance qui perce le côté de Jésus sur la croix .
La sainte lance actuellement à Echmiadzin, Arménie. Elle a été découverte lors de la première croisade dans la cathédrale Saint-Pierre d’Antioche. Photo par Emanuele Iannone – Musée d’Echmiadzin, Arménie. 2009.

A ce jour, la Sainte Lance  n’est plus visible dans le monastère de Geghard, puisqu’elle se trouve actuellement dans le musée du monastère d’Echmiadzin, dans la capitale spirituelle du pays. Elle est conservée dans un coffret spécial en argent doré réalisé en 1687. Néanmoins, le monastère de Geghard est toujours une destination touristique appréciée des visiteurs locaux et étrangers. Le site a même été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2000, ce qui témoigne de son importance dans l’histoire de l’Arménie et du monde.

Et maintenant vous pouvez visiter le monastère de Geghard virtuellement

Le monastère de Geghard est également devenu accessible aux pèlerins du monde entier et à tous ceux qui s’intéressent au site en 2017. C’est alors que le monastère s’est joint à plusieurs autres sites archéologiques du pays dans le cadre de l’application 360GreatArmenia VR . Le projet a pour objectif de « rendre les visites virtuelles disponibles de n’importe où ».

Un rapport du projet sur le site Smithsonian.com explique ce que vous pouvez voir si vous regardez l’expérience virtuelle à 360 degrés : « Les images cousues qui en résultent, prises à la fois par des drones et des photographes au sol, permettent au spectateur de passer d’une vue aérienne à une vue de rue, de naviguer dans les intérieurs et de voir des reliques et de l’art historique. »

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here