Il y a des milliards d’années, une étoile a explosé en supernova, ensemençant l’Univers de nouveaux atomes. Un nuage de gaz et de poussière finit alors par se contracter, donnant naissance à notre étoile : le Soleil. C’est à peu près tout ce que nous savons à propos de la « mère » de notre étoile. Comment s’y prendre alors pour en apprendre davantage sur son histoire ?

Une équipe de chercheurs propose aujourd’hui une méthode inédite visant à étudier le fonctionnement interne des explosions de supernovas. Lorsque l’étoile parente de notre Soleil a explosé, la version antimatière des neutrinos et des anti-neutrinos est apparue, se mêlant à la matière environnante et permettant la formation de l’élément technétium – appelé 98 Tc. En déterminant ainsi la quantité de 98 Tc produite lors de l’explosion, les astronomes seraient en mesure d’en apprendre davantage sur le déroulé des événements.

Comment s’y prendre ? Le 98Tc se décompose rapidement en un isotope de l’élément ruthénium, appelé 98 Ru. Une équipe de chercheurs dirigée par Takehito Hayakawa, de l’Observatoire astronomique national du Japon, propose d’en retrouver les traces dans les météorites. Ces dernières n’ont que très peu évolué depuis leur formation il y a plus de 4 milliards d’années. En mesurant la quantité de 98 Ru, les chercheurs devraient en effet être en mesure d’estimer la quantité de 98 Tc qui, à son tour, permettra d’en apprendre davantage sur les températures enregistrées à l’époque, ainsi que le temps écoulé entre la supernova et la formation de notre système.

Ainsi, les météorites pourraient contenir de précieux indices sur les explosions de supernova, à partir desquelles se forment les étoiles et les planètes. Des mesures suffisamment précises pourraient alors permettre aux astronomes de retracer l’histoire de l’explosion qui donna naissance à notre étoile, et à quasiment tous les atomes du corps humain. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here