Des légendes de dragons gardant de magnifiques montagnes de trésors dans des grottes à travers le monde ont saisi notre imagination et nous ont divertis pendant des siècles. Un dragon en particulier aurait gardé l’or d’un sultan dans la grotte de Szelim en Hongrie.

La grotte, découverte et fouillée par des archéologues dans les années 1930, n’a pas perdu son trésor d’or et de bijoux, mais les chercheurs ont trouvé quelque chose de beaucoup plus précieux: des artefacts anciens et des preuves de l’occupation humaine remontant à 200.000 ans.

La grotte de Szelim est située au nord-ouest de la Hongrie, à 280 mètres au-dessus d’une vallée, près de la ville de Tatabánya. La grotte a été utilisée comme abri par les villageois locaux au fil des siècles. De nos jours, elle est facilement accessible et la grotte est surveillée par un mémorial de Turul.

Turul

Le Turul est un oiseau de proie mythologique et le symbole national de la Hongrie moderne. Ses racines remontent vraisemblablement au IXe ou Xe siècle, lorsque la Maison d’Arpad, qui régna sur le royaume de Hongrie jusqu’en 1301, a fait de ce symbole de clan l’un de ses symboles les plus utilisés dans le monde.

Selon la légende, vers 820 après JC, le Turul apparut dans un rêve à Emese, une fille de la Maison d’Arpad, alors qu’elle était enceinte. Le Turul devint l’esprit protecteur de son fils Álmos, qui devint le premier chef de la fédération des tribus hongroises vers 850 après JC.

Álmos, Le chef hongrois

Dans un deuxième rêve, le Turul apparut à Álmos lui-même – un aigle (l’emblème de leur ennemi) attaqua leurs chevaux et un protecteur mythologique vint les sauver.

Les artefacts trouvés datant de la fin de l’âge de pierre

En 1932, Hubert Kessler commença les fouilles à Szelim et en 1934, le Conseil de recherches en histoire naturelle donna les moyens financiers pour la poursuite des travaux sous la direction de István Gaál qui les poursuivit. Des foyers, des poêles, des sculptures, des os d’animaux et des restes humains, dont certains datent de l’époque des invasions turques au début de la modernité, ont été mis au jour.

Des restes humains trouvés à Szelim

Les sédiments sont à plus de 11 mètres de profondeur dans la plupart des zones de la grotte et en quelques mois, de riches découvertes archéologiques ont été découvertes jusqu’au substrat rocheux. Les artefacts et les outils de pierre découverts remontent à la fin de l’âge de pierre, il y a entre 50 000 et 10 000 ans.

En 2013, le site a été déclaré patrimoine naturel national et est protégé par le gouvernement hongrois.

La petite randonnée de moins de 2 kilomètres entre le monument de Turul et l’entrée de la grotte est magnifique, bien qu’il y ait deux entrées à la grotte. L’intérieur mesure 44 mètres de long sur 12 mètres de large et a été formé lorsque l’eau a érodé le calcaire tendre.

Les origines du nom ‘Szelim’ sont contestées et expliquées par plusieurs théories. Selon la première, le nom Suleiman a été changé en Szelim. Le sultan des Ottomans, Ian Sulaiman, a envahi la région et détruit de nombreux villages locaux, tuant des milliers de personnes. La deuxième théorie est une explication linguistique hongroise. La forme de la grotte est semblable à celle de l’œil et le mot hongrois pour œil est szem. Mais selon les linguistes slovaques, le mot szellim signifie selle, bien que personne ne sait exactement comment le nom de la grotte a pu être choisi ..

Les légendes habitent aussi dans la grotte

Selon les récits oraux racontés depuis des générations, les habitants de sept villages voisins se sont échappés pendant l’invasion turque des années 1500, lorsque les soldats du sultan Yavuz Selim Han (Selim I), le souverain ottoman, ont envahi toute la région.

Les malheureux villageois ont été découverts uniquement parce qu’un jeune garçon s’est mis à pleurer et bien que sa mère ait essayé de le cacher et de le faire taire, elle a été trouvée et contrainte de révéler la cachette des autres. Les soldats ont allumé des feux à l’entrée et les ont tués par l’empoisonnement au monoxyde de carbone en déversant de la fumée dans la grotte.. C’est peut-être là la racine de la légende du dragon respirant le feu ?

Le Sultan Yavuz Selim Han

Une version moins connue raconte qu’au cours de la même invasion, une noble femme d’un château voisin a cherché de l’eau et un abri dans la grotte, mais les villageois lui ont refusé l’accès. La femme désespérée a été retrouvée par les soldats envahisseurs et, peut-être pour se venger ou parce qu’elle y était forcée, elle a révélé l’emplacement de la grotte. Comme les soldats ne pouvaient pas atteindre la grotte dans l’étroit ruisseau, ils ont creusé un grand trou au sommet de la montagne. Le toit s’est effondré, et les gens ont été enterrés à l’intérieur.

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here